FESTIVAL D’AVIGNON : FC BERGMAN, « HET LAND NOT »

nod

Het Land Nod / Le Pays de Nod – FC BERGMAN – Avec FC Bergman : Stef Aerts, Joé Agermans, Bart Hollanders, Matteo Simoni, Thomas Verstraeten, Marie Vinck – Parc des Expositions – Du 13 au 23 juillet 2016.

Het Land Nod est un spectacle in situ hors-site. C’est un lieu « réel » transportable par camions. Het Land Nod (ou Pays de Nod) reproduit à l’identique la salle des Rubens du Musée des Beaux-Arts d’Anvers. Un lieu aujourd’hui en jachère, en attente de rénovation, où ne réside plus que quelques peintures, trop imposantes pour être déplacées.

Il faut une salle vaste type hangar pour accueillir cette structure de bois aux dimensions démesurées. Le public pénètre en procession dans le hangar pour entrer ensuite dans cette salle cubique à 360°. La frontière est fine entre le statut de spectateur et celui de visiteur.

Trois grandes portes ouvrent l’espace dont les murs ont été vidés de leurs toile hormis cette immense crucifixion de Pierre-Paul Rubens. On s’y croirait presque, dans ce lieu d’art en perdition, ni abandonné ni réactualisé, à la frontière du réel. C’est dans une salle de musée que l’on entre mais c’est d’un espace métaphorique que l’on ressort. Et les lectures sont multiples, vibrantes et foisonnantes.

Nous entrons alors dans un lieu anciennement dédié à l’art mais aujourd’hui sans art, où seul un symbole religieux ambivalent résiste à sortir, où les êtres qui y entrent n’en ressortent plus et errent en quête de l’intangible. Un conservateur, deux gardiens et trois visiteurs se percutent les uns aux autres sans vraiment savoir ce qu’ils font ici. Le conservateur de ce faux musée (ou musée imaginaire puisqu’il ne reste qu’une seule salle avec une peinture unique – situation qui défie le principe même de la collection d’œuvres qui ouvrent entre elles un dialogue esthétique et culturel) se sent mu d’une mission impossible, celle de sortir cette toile gigantesque par les portes de la salle immense pourtant trop petites pour le châssis. Une quête personnelle qui prend des allures de croisade contre le symbole religieux, cette figure impossible à combattre, cette montagne écrasante de sens, cette crucifixion qui devient un casse-tête absurde et qui pousse aux actes les plus extrêmes : la destruction du lieu qui la contient au risque de s’exposer au déluge et aux violences qui frappent le monde extérieur.

On ne résiste pas à l’envie de rire de nos actes dérisoires et inconséquents, des gestuelles absurdes et clownesques. Sauver une chose au détriment d’une autre, par narcissisme, obsession, (sentiment du devoir ?), faute de faire autre chose, voire d’envisager autrement. L’acte perd rapidement de son sens. Les saisons se succèdent et les vies s’allongent dans l’ineptie d’un lieu qui ne semble plus être touché par le temps. L’extérieur y entre par bribes infimes. Poussières d’actualité. Une inondation, une guerre peut-être, un peuple en exil y cherche refuge tenant chacun une couverture sous le bras. Les références artistiques osent pénétrer ce sacro-saint temple de l’art, ces deux hommes et une femme sont les échos des personnages de Godart qui courent à travers le musée du Louvre, le corps nu d’un des visiteurs vient concurrencer celui du Christ de Rubens et rappeler l’hyperréalisme des sculptures livides d’un Ron Mueck. Pas de trame narrative mais des successions d’actes et de situations vécues au premier degré. C’est jouissif et nécessaire.

Het Land Nod est l’histoire d’un lieu aux dimensions inhumaines où l’homme déambule sans but et sans utilité, autant libéré qu’empêché par la démesure du lieu. On nous parle des contradictions humaines et de nos tentatives de représentations. L’infiniment grand sert notre quête de beauté tout en détruisant tout sens du raisonnable. La poursuite de démesure finit toujours par écraser les êtres sensibles que nous sommes.

Moïra Dalant

Photo C. Reynaud de Lage

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN