SILVIA COSTA, PORTRAIT D’UNE JEUNE METTEURE EN SCENE A SUIVRE

costa

FESTIVAL D’AUTOMNE : Silvia Costa, portrait en bref d’une jeune metteure en scène à suivre de près

Silvia Costa fait ses premiers pas en France en tant que metteure en scène et artiste durant les saisons 2015-2016 puis dans le Festival d’automne 2016. Une occasion pour le public français de découvrir son approche poétique du plateau, émancipée du travail de Romeo Castellucci, dont elle est la collaboratrice artistique sur de nombreux projets.

Trois démarches composent sa manière d’aborder la création artistique. Il y a la voie performative, dans laquelle elle est l’actant principal, où la structure (ou le résultat) est fortement conceptuelle et focalisée sur la composition de gestes, ou sur une chorégraphie de l’espace. Il y a les projets théâtraux à proprement parler, c’est-à-dire la création de spectacles, où elle endosse le rôle de metteure en scène (Quello che di piu grande l’uomo ha realizzato sulla terra – Ce que l’homme a fait de plus grand sur la terre, saison 2015-2016) et explore une scénographie tranchée et souvent onirique. Mais il y a aussi les installations pour le jeune public qui sont une part majeure de son travail. Ces installations, accompagnées d’ateliers, (La Dimora del lampo, un kaleidoscope géant pour enfants, saison 2015-2016) sont conçues comme une expérience concrète et sensorielle où les enfants font l’expérience d’une compréhension intellectuelle et pratique de l’art.

Une question posée à la jeune metteure en scène italienne :

Silvia Costa, comment as-tu pensé ton « Poil de Carotte » ? C’est une histoire assez sombre et complexe adressée aux enfants…
J’ai défini la structure du spectacle à partir de l’écriture fragmentée du roman, qui raconte des bouts de vie de cet enfant maltraité, Poil de carotte. L’espace/le spectacle est divisé en deux parties. La première invite le public à entrer dans un lieu réaliste (l’étable) et immersif. On rencontre les personnages, les liens familiaux, toutes les informations narratives sont données. Puis l’espace s’ouvre dans une deuxième partie, plus abstraite. L’étable devient une salle de théâtre, le jeu des acteurs et les décors sont formels, dix épisodes du roman y sont racontés. Je cherche à rester le plus proche possible de la structure du roman faite de petits morceaux d’histoire juxtaposés. Poil de carotte offre une vision difficile de l’enfance mais sans préjugés, car peu d’entre eux connaissent l’histoire de ce personnage. Cela permet une vraie rencontre, avec le langage aussi d’ailleurs, qui leur est inhabituel. La langue de la pièce de 1900 et du roman est complexe, pas simplifiée comme dans les livres pour enfants. J’aime particulièrement garder la forme originale quand je crée un spectacle pour les enfants, je ne modernise pas la langue et je n’ajoute pas de technologies contemporaines.

« Poil de Carotte », d’après Jules Renard, de Silvia Costa est programmé dans le cadre du Festival d’automne 2016, au Théâtre des Amandiers-Nanterre, centre dramatique national, du 17 septembre au 2 octobre; A L’apostrophe, scène nationale de Cergy-Pontoise et du val d’Oise, du 6 au 8 octobre; A La Commune centre dramatique national d’Aubervilliers, du 11 au 15 octobre; Au Théâtre Louis Aragon / Tremblay-en-France, les 13 et 14 décembre; et à La Villette, du 18 au 21 novembre.

Moïra Dalant

Une interview et un portrait plus complets sont à retrouver dans Inferno #07

Photo kulturstruktur

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN