ALEXANDER VANTOURNHOUT, « ANECKXANDER », AUTOBIOGRAHIE TRAGIQUE DU CORPS

aneckxander-alexander-vantournhout-bauke-lievens-les-theatresANECKXANDER – Alexander Vantournhout – ADC Genève – 29 septembre – 1er octobre 2016.

Du 29 septembre au 1er octobre l’ADC ouvre sa saison avec « Aneckxander » un solo tragicomique d’Alexander Vantournhout, un Bruxellois formé au cirque et à la danse, qui ancre sa pièce sur ses disproportions anatomiques.

Alexander Vantournhout a étudié les arts du cirque à l’ESAC à Bruxelles, il est ensuite entré à PARTS, l’école de Theresa De Keersmaecker. Il crée ses propres chorégraphies depuis 2013 et enseigne à l’ESAC. Pour Aneckxander, est une collaboration avec la dramaturge Bauk Lievens, qui travaille avec des compagnies de crique de théatre et danse, notamment Kaori Ito et les Ballets C de B (Alain Platel) et enseigne au KASK School à Gand.

Alexander/Aneckxander est un personnage tragique. À l’instar des héros tragiques, il n’existe que pour atteindre un objectif inatteignable, et il est à chaque échec confronté à lui-même. Dans ses tentatives de rattachement avec le public, il apparaît avant tout comme un individu solitaire. Cette solitude est relationnelle et découle de la situation dramatique: un artiste solo devant un public. Les seuls objets utilisés sur scène servent à camoufler/corriger les faiblesses et disproportions d’Alexander/Aneckxander. Il porte par exemple des chaussures à plateformes (Buffalo) pour camoufler ses courtes jambes, et des gants de boxe pour protéger ses poignets. Seulement, comme c’est souvent les cas avec les artifices, ces « prothèses » ne font qu’accentuer les faiblesses qu’elles veulent cacher.

« L’idée de cette performance m’est venue il y a un moment, lorqu’un danseur m’a dit que j’avais un long cou.Je ne le connaissais pas. Lui, en revanche, savait qui j’étais et connaissait mon nom. Il rigolait en m’appelant Aneckxander au lieu de Alexander (cou = Neck en anglais). J’étais surpris qu’il ose railler quelqu’un qu’il ne connaissait pas. Cet incident m’a incité à analyser mon corps. J’avais compris bien avant cela qu’il y avait quelque chose qui clochait dans mes proportions, mais je n’avais jamais réussi à identifier le « problème ». Je me suis mis à réfléchir à la manière dont mon corps est construit et indirectement à la perception conventionnelle du corps »

« Aneckxander joue sur l’émergence des formes et le voyage réalisé entre elles. Il s’agit d’une suite d’essais laissés inachevés, marqués par l’échec de tentatives virtuoses et volontaristes.  » Alexander Vantournhout.

Photo © Bart Grietens

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN