« A PIED D’OEUVRE(S) », DE DUCHAMP A PIPILOTTI RIST, MONNAIE DE PARIS

« A pied d’oeuvre(s) » – Commissaire Camille Morineau – Sur une idée de Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne Monnaie de Paris – 31 mars – 9 juillet 2017.

DES SCULPTURES MAJEURES DU CENTRE POMPIDOU S’EXPOSENT AU SOL DE LA MONNAIE DE PARIS

La Monnaie de Paris et le Centre Pompidou présentent, à l’occasion du 40e anniversaire du Centre Pompidou, ce parcours inédit dans les espaces d’exposition de la Monnaie de Paris.

Camille Morineau, directrice des expositions et collections à la Monnaie de Paris, inaugure sa programmation culturelle par un commissariat sur une idée de Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne, avec un sujet essentiel de l’histoire de la sculpture du 20e siècle : le passage de la verticalité propre à la sculpture et au monument à l’horizontalité et à son rapport immédiat au sol.

En 1917, avec Trébuchet, Marcel Duchamp fixe au sol un porte-manteau qui aurait dû être placé au mur : le passage de l’objet sculpté à l’objet trouvé et de la verticale à l’horizontale sont deux révolutions qui marquent profondément l’histoire de la sculpture au xxe siècle. « À pied d’œuvre(s) » explore cette « mise à plat » d’une technique essentielle des beaux-arts : au lieu d’une sculpture érigée sur socle, d’une quête de monumentalité, de sujets convenus, la sculpture moderne et contemporaine s’installe au sol.

Des objets hybrides et souvent prélevés dans la vie quotidienne coexistent, les matériaux nobles dialoguent avec des matériaux bruts. Cette sculpture se décline dans « son champ élargi » 1, pour reprendre la formulation de Rosalind Krauss : elle n’a plus d’unité de lieu – elle s’étend au-delà de l’espace clos du musée et envahit le paysage jusqu’à se confondre avec lui. Le corps, enfin, fait irruption dans la sculpture : la performance et la vidéo qui la documente achèvent d’en déconstruire la vision classique. L’ensemble de ces pratiques renverse la notion d’un médium unique.

avec YVES KLEIN ROBERT SMITHSON CARL ANDRE MARCEL DUCHAMP TONY CRAGG LUCIANO FABRO MICHEL BLAZY JAMES LEE BYARS TATIANA TROUVÉ PIPILOTTI RIST VALIE EXPORTORLAN MAN RAY ALBERTO GIACOMETTI

James Lee Byars « Red Angel of Marseille » 1993 – copyright the artist

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN