« QUOI/MAINTENANT » : UNE OEUVRE D’ART UTILE !

TG STAN : Quoi/MaintenantDors mon petit enfant/Jon Fosse – Pièce en plastique/Marius Von Mayenburg – Théâtre de la Bastille, jusqu’au 9 février 2018.

Imaginez une cage en plein milieu d’une scène dans laquelle quatre fauves, mangeurs, que dis-je, dépeceurs de textes de théâtre ont été volontairement affamés depuis des mois et à qui on lance deux bons morceaux de textes, l’un fin et délicat sur les enfants Dors mon petit enfant/Jon Fosse, et un autre plein de nécroses de nos petites vies de classe sociale qui prorogent les lieux communs : Pièce en plastique/Marius Von Mayenburg, et vous avez une illustration parfaite de ce qui se passe/passera sur le plateau du Théatre de la Bastille qui accueille une fois de plus, une fois encore, le groupe TG Stan qui a, on le voit, ils le disent, quasiment les clés du Théâtre et une relation intime avec son public, ce public du théâtre de la Bastille qui rit à gorge déployée aux répliques indécentes de la famille bourgeoise envers leur femme de ménage.

De Jon Fosse, on se souvient des mises en scènes de Patrice Chéreau mais surtout de Claude Régy qui avait mis en lumière cet auteur en lui appliquant sa célèbre méthode qui passe par une diction lente d’un texte déjà fait de bribes, offrant une musicalité qu’on ne retrouve pas ici où le court prologue est dit comme un dialogue classique entre des comédiens sur scène… La culpabilité, les reproches, le malaise viennent non plus de cette langueur mais au contraire du côté très contemporain de son énonciation.

Sans transition, comme on dit de nos jours, arrive Pièce en plastique. Par certains aspects, on pense à Yasmina Reza avec des pièces comme Art ou même Conversation après un enterrement qui dénoncent en utilisant tous les clichés une société réellement fracturée ou les malheurs des uns non seulement ne touchent pas les autres mais où ils restent abstraits, schématiques, sans correspondance avec la réalité…

Évidement tout y passe, l’éducation de leur fils, la sexualité et surtout l’art, la création d’une « oeuvre d’art utile » par le caricatural mais crédible Haulupa qui annulera la documenta, enfin sa participation à la célèbre exposition d’art contemporain ! Pour cause de crise de création : rien à dire « aucune idée concluante » ne lui vient même ; ces individus qui ramasseraient des ordures devant le public de cette manifestation ne lui donnent aucune satisfaction.

Alors, bien sûr, le texte n’est pas dit avec une fluidité absolue, mais ce défaut mineur devient une source de crédibilité presque, comme si tout ce qui se disait s’improvisait, n’était que le flot d’une discussion entre les humains sur cette scène. C’est aussi la force du spectacle Quoi/Maintenant, une plongée « pas très loin de chez nous  » ou pire même, dans notre famille, là, à côté avec ces bons sentiments, ces phrases toutes faites de mots valises qui blessent puis ne font plus rien, nous poussant dans les retranchements de notre insensibilité…
Une tranche de vie passionnante !

Emmanuel Serafini

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN