LE TARMAC : EXPLICATION DE TEXTE

TRIBUNE : LE TARMAC, EXPLICATION DE TEXTE

Nous avons appris avec stupéfaction la décision du Ministère de la Culture d’arrêter le Tarmac et de loger dans le théâtre qu’il occupe, sous prétexte que l’Etat en est propriétaire, Théâtre Ouvert à qui il serait confié une « nouvelle » mission en direction de la francophonie !

Ainsi, apprend-on par ce communiqué du 31 janvier dernier que Françoise Nyssen a un nouveau projet « au service de la francophonie » sur le site du Tarmac à Paris.

En soi, c’est une bonne nouvelle que la Ministre de la Culture s’intéresse – enfin – à la Francophonie, mais on lui aura caché qu’un projet « au service de la Francophonie », elle en a déjà un, et depuis longtemps : le Tarmac, héritage du TILF, créé par Gabriel Garran, pionnier du Théâtre, installé de bric et de broc à la Villette et qui, au moment de l’installation du Tarmac dans les locaux de l’ancien TEP, a reçu de bien meilleures conditions d’accueil pour les artistes francophones.

Là où on est sûr que la Ministre n’est jamais allée au Tarmac et ne sait pas ce qui s’y passe, c’est que son communiqué parle « du site du Tarmac » comme si c’était un no mand’s land immense où l’on pourrait faire cohabiter deux projets qui nécessitent une expertise acquise et reconnue par la Directrice du Tarmac depuis de nombreuses années et qui va au bout du monde pour présenter et représenter justement la francophonie…

Autre incongruité de ce communiqué, c’est qu’on précise que Théâtre Ouvert prendra « la suite du projet de Valérie Baran » qui d’une part, si on en croit ses déclarations ou communiqués du Tarmac, n’en savait rien et que donc, il n’était pas prévu qu’il cesse ; le communiqué laissant entendre que ledit projet se menait seul, de la seule volonté de la directrice, qui tient tout de même ses objectifs des pouvoirs publics partenaires qui auraient dû avoir l’élégance de lui demander son avis et de la prévenir d’un tel projet.

Et décidemment, ce communiqué est un modèle du genre puisqu’on comprend à mi mots que Théâtre Ouvert, après avoir refusé de s’installer dans les locaux de La parole errante chère à Armand Gatti à Montreuil, du fait d’être présidé par Catherine Tasca, ancienne Ministre, bénéficie d’une lobbyste sans égal que la seule Directrice du Tarmac ne saurait arrêter… c’est cocasse.

Il est aussi dit que Théâtre Ouvert prendra la suite du Tarmac en 2019… Est-il précisé que l’actuelle direction du Tarmac, toute à son affaire et selon les usages dans la profession, est engagée sur de nombreux projets en 2019 et au-delà puisque souvent son accord déclenche des aides, des soutiens dans des pays où le seul nom du Tarmac suffit à engager des partenaires et même des Etats à soutenir des projets. A cela, on n’a pas pris la peine d’y penser…

Alors, « le site » qui n’est finalement qu’un théâtre de 300 places appartient à l’Etat qui du coup peut y faire ce qu’il veut, quand il veut… Il ne prévient pas l’occupant(e) actuel, qui de fait ne peut prendre aucune disposition. Le Ministère « propriétaire » ne se préoccupant pas non plus du personnel de ce théâtre qui a découvert sur les réseaux sociaux qu’il ne pesait pas bien lourd…

Là où on s’étrangle encore à la lecture de ce communiqué, quasi colonialiste, c’est que « Théâtre Ouvert est appelé à donner un nouvel élan à l’établissement »… Il en manquait donc ??? un communiqué du Tarmac publié ce 2 février vient opportunément rappeler qu’il connaît un franc succès avec près de 75 % de fréquentation en moyenne de ses salles ; ce qui à Paris n’est pas rien et est sans doute bien au-dessus de la fréquentation actuelle de Théâtre Ouvert… et c’est là que le Ministère de la culture est machiavélique puisqu’il nous oblige à comparer non seulement les deux projets menés par des professionnels de qualité, des équipes respectables et qui ont des compétences spécifiques qui font la richesse de l’offre culturelle en France…

Théâtre Ouvert, créé par Micheline et Lucien Attoun, toujours à la force de leurs quatre poignets, toujours sur la brèche, à découvrir, mettre en avant des auteurs ont été bien remplacés par la directrice actuelle qui s’honorerait à refuser un tel deal qui consiste à s’introduire, tel un Bernard L’hermite, dans la coquille d’un autre. Elle est en droit d’exiger bien mieux qu’un théâtricide et ainsi de faire disparaître un projet ô combien utile, qui a permis de découvrir de nombreux auteurs francophones, justement parce que la directrice du Tarmac s’en est fait une spécialité.

Et là où l’on est surpris, c’est que se disant sur Théâtre Ouvert, on comprend que le Ministère ne reconnait pas – et finalement plus – que la Directrice du Tarmac et son équipe ont mené eux aussi pendant toutes ses années « un travail exemplaire pour promouvoir les nouvelles écritures »… et pour preuve, on a appris récemment que la Directrice du Tarmac avait été décorée de la Médaille du Mérite par l’Etat Français, justement pour lui signifier l’excellence de son travail… cherchez l’erreur.

On lit aussi, puisque ce communiqué est un manifeste sur la politique en faveur de la francophonie, que « Parallèlement au lancement de ce nouveau projet – toujours ce déni qu’il en existait un – , la Ministre souhaite pouvoir mener – avec les collectivités territoriales – avec la Ville de Paris, avec la Région Ile de France ? on ne sait s’ils ont été contactés ??? – et les acteurs culturels une réflexion d’ampleur pour renforcer la visibilité des nombreuses initiatives menées en faveur de la francophonie en France et créer des synergies entre les différents projets »… Là aussi, on voit bien que ni la Ministre, ni ses équipes ne sont jamais venus au Tarmac y croiser non seulement les artistes prodigieux qui y étaient programmés ni le public si exceptionnellement divers qui s’y croisait. Une décision donc sans fondement au moment où la méthode serait à la concertation comme à Notre Dame des Landes… Edouard Philippe devrait faire école jusqu’au Ministère de la Culture…

Et le clou de ce communiqué revient à la conclusion puisqu’on lit que : « le renforcement de la politique du ministère de la Culture en faveur de la francophonie est une priorité de Françoise Nyssen » qui ne trouve rien mieux que de mettre par terre un projet bien mené, de longue date, par une professionnelle reconnue – il n’y a qu’à lire les noms des signatures de la lettre ouverte au Président de la République qui vient de paraître dans Médiapart – pour comprendre à quel point la Ministre est totalement trompée par son administration sur le Tarmac pour prétendre lancer une politique nouvelle sur la disparition pure et simple d’un projet, d’une expertise longue à acquérir en privant tout autant Théâtre Ouvert de sa force dans son domaine et qui mérite bien mieux d’être l’acteur d’un bonto sordide du Ministère qui devrait bien y regarder à deux fois car il a voulu déjà au même endroit faire un petit coup en nommant Catherine Anne à la tête du TEP et qui l’a laissé bien mal en point ; le redressement financier, économique de la fusion des équipes revenant, justement, à Valérie Baran et au Tarmac bien mal récompensés ici d’avoir fait le sale boulot…

La poursuite d’un projet exemplaire doit-il se faire au détriment d’un autre tout aussi exemplaire ? Et people pour people Gabriel Garran ne vaut-il pas autant que Catherine Tasca qui devrait avec Caroline Marcilhac REFUSER de tremper dans ce micmac qui les déshonorent. Un gros gâchis se prépare, sans respect pour le projet et les personnes qui le mènent… Navrant.

Amélie Dufranc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN