SARA FAVRIAU, « VIRGULE, OU TOUT SIMPLEMENT BRIGANDS », CNEAI, PANTIN

SARA FAVRIAU – « VIRGULE, OU TOUT SIMPLEMENT BRIGANDS » – CNEAI, Pantin – du mercredi 16 mai au mercredi 23 mai 2018 – vernissage le 16 mai de 18 à 20 h – performance à 19h.

Ebène de Makassar, palissandre, olivier, buis… Autant d’essences de bois utilisées par l’artiste Sara Favriau à l’occasion de son exposition personnelle Virgule, ou tout simplement brigands au Cneai. Autant de matériaux à l’origine des boutons réalisés par la Compagnie Française du Bouton, entreprise pantinoise qui fournit depuis cinquante ans les grandes marques de luxe. En 2017, l’artiste est invitée en résidence au sein de l’entreprise. Son attention se porte sur ces objets fraîchement façonnés, aussi utiles qu’ornementaux, et sur les machines qui servent à les fabriquer.

Le bois est un des matériaux de prédilection de l’artiste. Dans des projets antérieurs, comme la redite en somme, ne s’amuse pas de sa répétition singulière (Palais de Tokyo, 2016) et ou, prologue pour une chimère (château de Chaumont sur Loire, 2017), l’artiste s’était attaquée à des bois sans qualité au façonnage parallélépipédique simple et standardisé – tasseaux ou poutres – qu’elle rechargeait d’une dimension sculpturale ancestrale, flirtant autant avec les arts décoratifs qu’avec le minimalisme.

À l’inverse, au cours de sa résidence pantinoise, les objets à portée de main étaient à la fois précieux et ouvragés, de forme circulaire et le plus souvent destinés à être vus en deux dimensions une fois cousus. La gageure consistait donc désormais à les dépouiller de leur fonction. La contrainte, volontairement assignée par l’artiste, était alors de taille ; le matériau impliquant un changement d’échelle saisissant. L’artiste revisite ainsi ses gestes de sculpteur à une micro-échelle, n’hésitant pas à taillader, entailler, lacérer ou évider la matière sur de toutes petites surfaces.

Du motif de la colonne à la sculpture moderne, l’artiste interprète avec humour l’histoire de la sculpture sans rien abandonner de l’esprit absurde qui caractérise son travail et dont les titres de ses expositions sont les témoins. À l’instar du calembour duchampien, si les « ecchymoses » qu’entrainent les matériaux violentés sont de mise, il s’en échappe toujours des « mots exquis ».

Audrey Illouz

LE MERCREDI 16 MAI à 19H : « ET RONDE ET ROND PETIT PATAPON »
Performance marchée de Sara Favriau avec Muriel Bourdeau, Marion Delplancke, Charles Essombe, Chloé Favriau, Joachim Lorca, Élodie Mignot, Jérémie Paul, Élodie Paul et Sylvain Riejou.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN