KEHINDE WILEY, « TAHITI », DANIEL TEMPLON PARIS

KEHINDE WILEY – TAHITI – Galerie Daniel Templon, Paris – Jusqu’au 20 juillet 2019.

« Je m’intéresse à la transformation et à l’artifice. Ma dernière exposition en date abordera l’histoire de France et son attitude extérieure envers les corps à la peau noire ou brune, spécifiquement en ce qui concerne les penchants sexuels. Gauguin est très présent dans l’imaginaire de la France et de son interface mondiale – invitant à sa suite une histoire tout entière, celle d’un regard ambigu. J’interroge, j’absorbe et je contribue aux discours sur les Māhū, sur la France, et sur l’invention du genre. »
– Kehinde Wiley, 2019

Kehinde Wiley, star de la scène artistique américaine et portraitiste officiel de Barack Obama, est de retour à Paris. Pour sa première exposition parisienne depuis celle du Petit Palais en 2016, il dévoilera une série inédite de peintures ainsi qu’une installation vidéo basée sur son séjour à Tahiti au cours de cette dernière année.

Les nouvelles œuvres de Wiley portent sur la communauté Māhū de Tahiti, classification traditionnelle en Polynésie des personnes de troisième genre, entre homme et femme. Les Māhū jouissaient d’un grand respect au sein de leur société avant d’être exclus par les missionnaires catholiques et protestants. Renvoyant et se confrontant aux célèbres tableaux de Paul Gauguin où figurent également des sujets de la communauté transgenre, les portraits de belles Tahitiennes transgenres de Wiley sont cependant chargés de connotations historiques ayant trait au colonialisme et à l’objectivation sexuelle. Développant les questionnements sur l’identité masculine et la virilité déjà en filigrane dans ses précédents portraits, ces nouvelles œuvres explorent la question identitaire sous l’angle de la transformation et abordent l’artifice comme l’artificiel en tant que phénomène transculturel.

Au cours des quinze dernières années, Wiley a élaboré un remarquable corpus d’œuvres qui, tout en l’interrogeant, contribue au canon de l’art du portrait de l’histoire de l’art occidental. La rencontre de Wiley avec Tahiti s’inscrit dans la continuité des voyages de l’artiste à travers le monde contemporain à la suite de son exploration de l’Amérique du Nord, de l’Asie du Sud et de l’Afrique de l’Ouest. L’attention que Wiley porte à Tahiti offre à présent l’occasion de se livrer à un réexamen de la France, de son histoire coloniale et de son image à travers le prisme des tableaux de Gauguin. Fidèle à sa démarche, l’exposition présente une perspective politique et esthétique singulière sur le pouvoir de l’art à infléchir les perceptions et à donner une visibilité aux figures oubliées de l’histoire.

Kehinde Wiley est né à Los Angeles en 1977. Actuellement, il vit et travaille entre New York, Beijing et Dakar.

Kehinde Wiley a obtenu son diplôme à l’université Yale en 2001, et a terminé une résidence au Studio Museum de Harlem en 2002. En 2018, il devient le premier artiste afro-américain à peindre un portrait officiel du président des États-Unis pour la Smithsonian National Portrait Gallery. L’artiste s’est vu attribuer cet honneur par l’ancien président américain Barack Obama.

Kehinde Wiley a présenté des expositions personnelles dans diverses institutions aux États-Unis et en Europe, parmi lesquelles : le Brooklyn Museum à New York ; BOZAR-Palais des Beaux-Arts de Bruxelles ; le Modern Art Museum de Fort Worth, Texas ; Le Petit Palais à Paris ; le Saint Louis Art Museum, Missouri et le Seattle Art Museum, Washington. Ses œuvres figurent dans de nombreuses collections publiques.

En juin 2019, à Dakar, au Sénégal, Kehinde Wiley inaugurera un nouveau programme multidisciplinaire de résidence d’artiste, Black Rock Senegal.

‘I am interested in transformation and artifice. My newest exhibition will engage with the history of France and its outward facing relationship to black and brown bodies, specifically relating to sexual proclivity. Gauguin features heavily in the imagination of France and her global interface – with that comes an entire history of complicated gazing. I interrogate, subsume, and participate in discourse about Māhū, about France, and about the invention of gender.’
– Kehinde Wiley, 2019

Kehinde Wiley, star of the American art scene and Barack Obama’s official portrait artist, is back in Paris. For his first Parisian exhibition since the 2016 show at Petit Palais, he will be unveiling a new series of paintings and a video-installation based on his time spent this past year in Tahiti.

Wiley’s new works are focused on Tahiti’s Māhū community, the traditional Polynesian classification of people of a third gender, between male and female. The Māhū were highly respected within their society until they were banned by Catholic and Protestant missionaries. Wiley’s portraits of beautiful, transgender Tahitian women reference and confront Paul Gauguin’s celebrated works, which also feature subjects from the transgender community, but are fraught with historical undertones of colonialism and sexual objectification. Building off of Wiley’s earlier portraits that addressed issues of masculine identity and virility, these new portraits explore issues of identity through the lens of transformation, exploring both artifice and artificiality as a trans-cultural phenomenon.

Over the past fifteen years, Wiley has developed a remarkable body of work that at once questions and participates in the western art-historical canon of portraiture. Wiley’s encounter with Tahiti joins with the artists continued journey across the contemporary world, following his explorations of North America, South Asia, and West Africa. Wiley’s focus on Tahiti now offers the opportunity to re-examine France, its colonial history, and its image through the prism of Gauguin’s work. True to his oeuvre, this exhibition presents a uniquely political and aesthetic perspective on the power of art to shift perception and to make visible history’s forgotten figures.

Kehinde Wiley was born in Born in 1977 in Los Angeles. He currently lives and works between New York, Beijing, and Dakar.

Kehinde Wiley graduated from Yale University in 2001 and completed a residency at the Studio Museum in Harlem in 2002. In 2018 he became the first African-American artist to paint an official U.S. Presidential portrait for the Smithsonian National Portrait Gallery. Former U.S. President Barack Obama selected the artist for this honor.

Kehinde Wiley has held solo exhibitions at institutions across the United States and Europe including: Brooklyn Museum, New York; BOZAR-Centre for Fine Arts, Brussels; Modern Art Museum of Fort Worth, Texas; the Petit Palais, Paris; Saint Louis Art Museum, Missouri; and Seattle Art Museum, Washington. His works are included in the collections of numerous public institutions.

In June 2019 in Dakar, Senegal, Kehinde Wiley will inaugurate a new multi-disciplinary artist-in-residency program, Black Rock Senegal.

Images copyright Kehinde Wiley – Photo Diane Arques – cortesy galerie Templon Paris

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives