« LA 7e VIE DE PATTI SMITH », LE MONDE INTERIEUR DE CLAUDINE GALEA

ZOOM A THEATRE OUVERT -

« La 7ème vie de Patti Smith » De Claudine Galea – Mise en scène de Benoît Bradel – du 5 au 9 novembre 2019 – La Comédie de Clermont-Ferrand.

Ici on parle d’une idole du Rock adulée par toute une génération et aux inspirations qu’elle puise autant dans l’œuvre de Bob Dylan que dans celle de Rimbaud. Mais c’est avant tout cette histoire du rock vu au travers des yeux d’une frêle jeune fille de 16 ans, se découvrant fan absolu et rêvant sa vie au travers de celle de son idole. Elle à 16 ans, vit près de Marseille, sans folie, sans envie, avec un corps inconnu d’elle jusqu’au jour où durant une soirée elle rencontre Patti Smith et sa poésie. Les mots, la musique, la vie de Patti, tout l’inspire et tout va l’ouvrir au monde et la libérer d’elle-même.

Sur scène, ce soir-là, C’est la comédienne Marie-Sophie Ferdane de la Comédie Française, que l’on a pu voir dans « Architecture » de Pascal Rambert, qui endosse le rôle de cette jeune fille (en alternance avec Marina Keltchewsky) qu’elle incarne de tout son corps, entourée des guitaristes Sébastien Martel et Thomas Fernier.

Des papiers et textes à la main, comme si elle puisait dans son propre journal intime, la comédienne enchaîne les bribes de la vie de cette jeune fille imaginant un dialogue à sens unique avec la rockeuse puis, juxtaposant les deux vies, nous parle de celle de son idole. Histoires entremêlées et proximité fantasmée, prétexte à la découverte de sa propre émancipation au moyen des mots et de la vie de Patti, ou comment mieux se laisser engloutir par l’œuvre et la vie de l’idole pour finalement devenir soi.

Sébastien Martel et Thomas Fernier jalonnent le récit d’éléments liés à la vie et à l’origine du mythe et relancent la comédienne avec humour ou malice, intégrant le public à la performance. Le spectacle offre une ambiance propice à la poésie et à la découverte de l’univers protéiforme de la chanteuse punk poétesse et nous ouvre les portes d’une époque dans des sonorités parfois teintées de nostalgie ou de simple bonheur.

Etonnant de voir et d’entendre comment la comédienne Marie-Sophie Ferdane et les deux guitaristes Sébastien Martel et Thomas Fernier, portant chacun des univers apparemment si différents, arrivent à recréer devant nous le monde intérieur et si intime du texte de Claudine Galea.

Une merveilleuse et délicate proposition mise en scène par Benoît Bradel, servie par une comédienne se fondant avec délectation dans le rôle et portée par deux guitaristes inspirés et inspirants. A ne pas manquer !

Pierre Salles

Photo © Christophe Raynaud de Lage

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives