LA ROQUE D’ANTHERON : LE FESTIVAL INTERNATIONAL DE PIANO « RESCAPÉ » DE LA CRISE SANITAIRE

DOSSIER. « AU SUD, LA CRISE » : Interview de Jean-Pierre Onoratini – Président du Festival International de Piano de la Roque d’Anthéron. 

Inferno : Malgré le format réduit de cette quarantième édition vous faites partie des « rescapés » de cette crise sanitaire. Quel est son impact sur le Festival ? Comment avez-vous perçu les actions de l’Etat et des pouvoirs publics ?

Jean-Pierre Onoratini : La 40ème édition du festival a certes été réduite au niveau de l’extension sur le territoire et au niveau des jauges. Le budget a été divisé par 2, mais le festival a bien entendu conservé sa qualité de programmation, malgré un profond remaniement. La grande inconnue était la réponse du public : il a répondu largement présent et nous avons dû refuser du monde.

L’action des collectivités territoriales a été décisive : en nous conservant l’intégralité des subventions, alors que nous ne pouvions, pour des raisons sanitaires, répondre totalement aux termes des différentes conventions signées avec les institutions. Quant à l’Etat, nous avons pu bénéficier momentanément du chômage partiel pour nos 6 salariés permanents.

Le Festival n’a cessé de rayonner dans la région et de se diversifier depuis sa création. Comment voyez-vous son avenir ?

Le festival, depuis sa création, n’a cessé de diffuser la musique plus largement sur le territoire. L’ADN du festival est l’alliance du Parc du Château et de l’instrument roi : le piano ; c’est l’alliance de la magie de la nature et de l’excellence de la programmation et c’est cela que nous voulons continuer.

Que pouvez-vous dire de votre public ? Est-il possible de le diversifier ? Comment faire découvrir la musique classique à une jeunesse qui s’en est souvent éloignée ?

Si la part du public international a baissé cette année pour des raisons évidentes, la provenance géographique n’a guère changé, avec plus de 50% de public local. Les études ne sont pas terminées, mais il semblerait que le festival ait rassemblé un public plus familial, particulièrement aux concerts de 10h. La gratuité pour les jeunes de moins de 18 ans y est sans doute pour beaucoup, de même que l’accès au Parc pour les pique-niques. Enfin, le cadre (concerts en extérieur, Parc avec la possibilité d’écouter la musique sans rester tout le temps assis) permet une plus grande flexibilité au public familial.

En outre, l’offre, proposée depuis l’année dernière des concerts du soir à 15€, 2h avant le concert, pour les moins de 30 ans, a rencontré un certain succès ; enfin, en partenariat avec la Région, le festival invite depuis plusieurs années des lycéens à découvrir le festival, ses métiers, ses coulisses. Le festival est toujours ouvert à promouvoir la musique auprès des jeunes et ouvert à tous les projets qui peuvent inciter les jeunes à écouter la musique.

Propos recueillis par Jean-Louis Blanc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives