« MANIFESTO OF FRAGILITY » : LA 16e BIENNALE D’ART CONTEMPORAIN DE LYON OUVRE

20220912-110418

16e BIENNALE D’ART CONTEMPORAIN DE LYON – 14 septembre – 31 décembre 2022.

La 16e Biennale d’art contemporain de Lyon, intitulée « manifesto of fragility« , ouvre ses portes au public
le 14 septembre 2022. Elle sera visible jusqu’au 31 décembre 2022 dans 12 lieux de la ville. Son commissariat est confié à Sam Bardaouil et Till Fellrath.

La Biennale de Lyon annonce l’ouverture de la 16e édition de sa Biennale d’art contemporain, intitulée manifesto of fragility. Les commissaires sont Sam Bardaouil et Till Fellrath, directeurs de la Hamburger Bahnhof – Galerie nationale d’art contemporain de Berlin et commissaires du Pavillon français à la Biennale de Venise 2022.

Initialement prévue pour 2021 puis reportée en raison de la pandémie, la Biennale ouvre ses portes après deux ans et demi de recherches et de préparations approfondies avec 40 partenaires institutionnels, à Lyon et à l’international. Les expositions sont présentées dans 12 lieux de la métropole lyonnaise, dont plusieurs musées, ainsi que dans des sites abandonnés tels que les usines Fagor, d’une superficie de 29 000 m², et le bâtiment de l’ancien musée Guimet, qui ouvre à nouveau ses portes au public après 15 années d’inoccupation.

Au total, 202 artistes de plus de 40 pays, dont les œuvres s’échelonnent sur deux millénaires, participent à manifesto of fragility. 66 nouvelles commandes sont réalisées pour l’occasion, parmi lesquelles de nombreuses installations immersives, conçues spécialement pour l’évènement, dialoguant avec l’architecture et l’histoire des lieux d’expositions.

Sam Bardaouil et Till Fellrath, commissaires de la 16e Biennale de Lyon, ont précisé : «Le titre de la Biennale, manifesto of fragility (Manifeste de la fragilité), traduit un sentiment actuel universellement partagé, qu’il s’agisse des craintes liées aux changements climatiques, aux destructions consécutives aux guerres, aux bouleversements engendrés par les maladies et les pandémies, ou aux situations de précarité des personnes marginalisées dans notre société. La fragilité est également formellement et conceptuellement au cœur de la création artistique et constitue le fil conducteur de toutes les expositions et des artistes participants. Constituant un rendez-vous important qui rassemble les différents acteur·rice·s du monde de l’art, les artistes comme les visiteur·rice·s, la Biennale propose un manifeste collectif qui affirme la fragilité comme intrinsèquement liée à une forme de résistance, qui nous permet de ré-imaginer notre avenir».

Plus de 250 000 visiteurs sont attendus pour découvrir les différents sites et expositions pendant toute la durée de la manifestation. Plusieurs sites de la Biennale sont en accès libre. Un vaste programme public offre des perspectives diversifiées avec des présentations artistiques, des débats des rencontres, ouvertes à un large éventail de publics, et propose également une programmation adaptée aux familles et aux écoles.

Trois publications accompagnent les expositions, chacune évoquant les différents récits de la Biennale : Les nombreuses vies et morts de Louise Brunet, Beyrouth et les Golden Sixties, et Un monde d’une promesse infinie. Les catalogues sont publiés par Silvana Editoriale, Milan, et sont disponibles auprès de la Biennale et des libraires du monde entier.

Sam Bardaouil et Till Fellrath sont les directeurs de la Hamburger Bahnhof, la galerie nationale d’art contemporain de Berlin. Ils sont également fondateurs de la plateforme curatoriale multidisciplinaire Art Reoriented, qu’ils ont lancée à New York et à Munich en 2009, et commissaires du pavillon français à la Biennale de Venise de cette année. Au cours des douze dernières années, Sam Bardaouil et Till Fellrath ont organisé conjointement des expositions et collaboré avec plus de 70 institutions dans le monde, dont le Centre Pompidou à Paris, le Mathaf : Musée arabe d’art moderne à Doha, Reina Sofia à Madrid, ARTER à Istanbul, Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen à Düsseldorf, Tate Liverpool, Gwangju Museum of Art en Corée du Sud et Moderna Museet à Stockholm. À la Biennale de Venise, ils ont été les commissaires des pavillons nationaux du Liban (2013) et des Émirats arabes unis (2019). L’inclusion dans les pratiques artistiques et institutionnelles et une approche révisionniste de l’histoire de l’art sont au cœur de leur travail.

https://www.labiennaledelyon.com/en

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

    Art Art Bruxelles Art New York Art Paris Art Venise Biennale de Venise Centre Pompidou Danse Festival d'Automne Festival d'Avignon Festivals La Biennale Musiques Palais de Tokyo Performance Photographie Théâtre Tribune
  • Archives