CHARLES PENNEQUIN : Espèce de portrait d’un poète en percolateur

CHARLES PENNEQUIN est un poète né. De toutes façons, il ne saurait rien faire d’autre. Néo-punk et très sérieux, Pennequin sait combien les mots changent la vie. La sienne surtout. Auteur foutraque, polygraphe invétéré, Charles Pennequin a animé et continue d’ensemencer nombre revues, cahiers, blogs et autres épanchements, dont la fameuse ARMEE NOIRE. Il participe à ACTORAL 2011 à Marseille ce mois-ci, et livrera une lecture performée dont il a le secret. Petite tentative de portrait en forme d’auto-biographie :

Charles Pennequin est né en 1965 à Cambrai (Nord). Il Passe la majeure partie de sa jeunesse à Thun-l’Evêque. Sa maison est entourée de cailloux. Devant sa fenêtre son père jardine et on devine au loin l’autoroute. Un jour sa famille voit au-dessus du péage une grosse barre blanche dans le ciel noir : c’est Apollo-Soyouz ! Etudes maternelles : le Garde Champêtre rentre et met les menottes à un garçon plus âgé. Etudes primaires : la directrice aime beaucoup son dessin d’une montagne au jaune fluo. Un jour il semble qu’il fut accusé de casser des ampoules. Collège : Pensionnat dans un ancien dispensaire durant la guerre. Le surveillant général ressemble étrangement à Himmler. Sur la porte d’entrée, il est marqué AUFNAHME.

A la télévision on passe Les yeux bleus. Mercredi club photo, judo, tir à l’arc. Son professeur l’accuse d’imiter les poèmes saturniens. Tape des dix doigts. Service militaire à Drachenbronn. Mariage. Naissance du premier enfant. Baptême à l’église. Long déplacement avec l’Escadron en Martinique où il lit Gestes et opinions du docteur Faustroll. Affectation en Gendarmerie Mobile à Melun. Écrit des poèmes dans La Grappe. Lit Ceux qui merdRent. Première grosse voiture. Deuxième enfant. Emménage au Mans en 1993. Rencontre Christian Prigent. Découvre RR de Christophe Tarkos et Stéphane Bérard. Téléphone à Nathalie Quintane. Lit Kati Molnar. Envoie une K7 à Bernard Heidsieck. Ecrit Bête comme un peintre. Action Poétique publie son premier vrai poème : Le père ce matin. Naissance du troisième en 1995. Ecrit Dedans. Naissance du quatrième en 1999. Publication de Dedans. Depuis cette date, Charles Pennequin a publié Bibi, puis Mon Binôme et La vielle est un trou (POL). Il fait des lectures en France et un petit à côté. Vit à Lille.

Quelques aventures :

Publication dans de nombreuses revues. Performances et concerts dans la France entière et un petit peu à côté. Vidéos à l’arrache. Écriture dans les blogs. Dessins sans regarder. Improvisations au dictaphone, au microphone, dans sa voiture, dans certains TGV. Quelques cris le long des deux voies. Petites chansons dans les carnets. Poèmes délabrés en public. Écriture sur les murs. Charles Pennequin écrit depuis qu’il est né.

Suite à un échange épistolier avec l’auteur de Ceux qui merdRent, Charles Pennequin fait la rencontre de Christian Prigent et des éditions Carte Blanche à partir de mai 1993. C’est dans cette maison d’édition, dirigée par le peintre Mathias Pérez qui s’occupe aussi de la revue Fusées, qu’il va publier son premier livre : Le Père ce matin.

Alors qu’il fréquente le poète Christophe Tarkos, mais aussi Vincent Tholomé entre autres, il va publier son premier texte important et remarqué : Dedans aux éditions Al Dante. « Livre d’introspection radicale, Dedans fait dans la langue un vertige où se perdre et se retrouver. Une profération captivante. » (Xavier Person, pour le Matricule des Anges). Au niveau éditorial, cela le conduira à publier à partir de 2002 aux éditions POL.

Publicités

Commentaires fermés

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN