« I WOULD PREFER NOT TO » : Une mélancolie réjouissante, mal du siècle passé et à venir

Correspondance à Bruxelles
« I Would prefer not to » / Selma Alaoui / D’après Witkievicz et Melville / du 13 au 17 novembre 2012 aux Théâtre des Tanneurs (Bruxelles) à 20h30.

Comment parler de la mélancolie, avec drôlerie et cynisme, dans une société en crise et en proie aux tourments du capitalisme absurde et de l’individualisme forcené ? Tel est le pari réussi de « I would prefer not to » de et mise en scène par Selma Alaoui au Théâtre Les Tanneurs à Bruxelles.

Travaillant à partir de deux textes, « La mère » de Stanislaw Witkievicz et « Bartleby the Scrivener » de Hermann Melville, Selma Alaoui construit un texte surprenant et captivant sur les états d’ âmes d’un jeune homme fin de siècle (mais lequel ? XIX,XX ou XXI ème ?) en proie aux doutes, à la lassitude, à l’amour, au travail, à sa vie insurmontable.

Le personnage mélancolique de Byron (un Bartleby revu et corrigé en petit bourgeois sympathique et jouisseur) et sa relation amoureuse et infantile avec sa cousine Dahlia ainsi que l’emprise de sa mère alcoolique et suicidaire, qui le traite encore comme son petit garçon (qu’elle aura beaucoup de mal à abandonner), forment un drôle de drame qui se joue devant nous. Parfois hilarant et décapant, parfois plus subtil dans l’intention dramatique, le texte explore les tourments de l’âme, le désenchantement des êtres face à leur condition humaine et leurs atermoiements inlassables.

Cette phrase « I would prefer not to », comprenez « je préférerais ne pas », récitée comme une litanie, habille la résistance passive, l’inertie douce du personnage de Byron devant les épreuves que lui offre la vie. Alors on rit de ce que cet homme (pourquoi pas nous en somme !) s’agite dans une absurde et irrésistible envie de vivre ou pas. Mal du siècle !

La mise en scène soutenue, alerte et vivante de Selma Alaoui nous emporte dans un tourbillon de sentiments partagés, parfois empreint de pitié, parfois de rejet mais jamais sans un sourire ironique au coin des lèvres. Cela est aussi rendu possible grâce à la performance des trois comédiens principaux : Vincent Minne (Byron), acteur sensible et décadent (un rôle sur mesure ?), Anne-Pascale Clairembourg (Dahlia) tout en énergie et séduction et Anne-Marie Loop (la mère), formidable comédienne nous faisant rire aux larmes, magnifique !

Ce spectacle est un portrait ambitieux, vivant et généreux de la mélancolie, qui pourrait bien être plus actuel qu’on ne veut bien le croire.
Resterez-vous insensible ?

Philippe Maby

« I Would prefer not to » / Selma Alaoui / D’après Witkievicz et Melville / / En tournée: Théâtre de la Place (liège) du 20 au 24 novembre 2012, au Centre culturel de Nivelles le 27 novembre 2012

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives