GERARD KURDIAN – THISISTHEHELLOMONSTER dans le cadre de « New settings » à la Cité Internationale

Gérard Kurdian – THISISTHEHELLOMONSTER / Théâtre de la cité internationale dans le cadre de la programmation « New Settings The Magic of Spectacular Theater » / 9-10 et 15-16 novembre 2012.

Performeur aguerri, qui endosse pour l’occasion le rôle d’apprenti sorcier, Gérard Kurdian fait descendre les astres dans une petite salle sous les combles du Théâtre de la Cité internationale. La soirée ne baigne pas pour autant dans une musique de sphères. L’auteur-compositeur-interprète nous emporte par un set rafraîchissant, à l’énergie empreinte d’humour et de douceur.

Voici l’exemple réjouissant d’une collaboration qui prend et prolifère : New Settings, projet soutenu par la Fondation d’entreprise Hermès et accueilli par le Théâtre de la Cité internationale, propose sa seconde édition. Quatre créations au programme témoignent d’un même souci pour l’épanouissement d’imaginaires hybrides. Pour chaque création, le fil conducteur met en tension un artiste de la scène et un plasticien pour des propositions d’une liberté de ton enthousiasmante. Arrêtons-nous un instant sur le tandem Gérard Kurdian / Philippe Quesne.

Habitué des galeries d’art et des musées, depuis quelques années déjà, THISISTHEHELLOMONSTER distille ses chansons envoutantes sur les scènes alternatives de Paris, du Nouveau Casino au Point Ephémère, et met le béguin dans des premières parties enflammées lors de festivals comme Rock en Seine ou Solidays. Pas question pour Gérard Kurdian de renoncer à la musique pour cette nouvelle création. Le regard de Philippe Quesne, metteur en scène, « compositeur d’espaces » et enchanteur du quotidien lui devient précieux. Ce petit air de famille qui rapproche Gérard Kurdian du héros de la pièce L’effet de Serge, artiste solitaire et maitre de l’artifice fait maison qui invite les copains dans son laboratoire pour voir ses spectacles, est particulièrement touchant.

En effet, Gérard Kurdian accueille son public de manière directe et chaleureuse, une certaine connivence s’installe très vite. Le plaisir qu’il prend à chanter, à lancer des boucles sonores surprenantes d’inventivité, à combiner des sons des plus incongrus dans une matière musicale très élaborée, finissent par nous emporter. La magie opère du premier coup. Il faut dire que la recette est simple et toutes les ficelles bien en vue. Ainsi de la caméra qui capture une image en plongée, du centre de la scène, ainsi de la maquette puérile du Théâtre de la Cité internationale, ainsi de la malle transpercée de sabres en plastique coloré. Le pentagramme qui trône au milieu du plateau est tracé avec du gaffeur et dans le schéma explicatif figurant sur un paper-board, les retours du public sur un spectacle sont représentés comme une petite pluie.

Ces techniques low-fi, alliage fragile et précieux d’artisanal et de dérisoire, servent à merveille un propos qui puise dans l’imaginaire collectif, met en exergue, avec intelligence et humour, les tensions irrépressibles du spectacle vivant, tiraillé entre présence et représentation, illusion et pratique.

Le metteur en scène orchestre un glissement tout en douceur de l’autre côté du miroir. Au-delà de la simple posture spectatoriale, il stimule la fonction créative. Les bruits hypnotiques des vagues et autres incantations bercent ses chansons, des flammes s’embrasent (après plusieurs tentatives échouées) dans sa paume, des purifications ont lieu à coups de brouillard sur le plateau et dans la salle… Tout cet ensemble fait la relation frontale à un théâtre qui nous regarde – littéralement, à travers des yeux de fantôme de dessin animé –, se muer indéfiniment, l’espace devenir poreux, les incidents de l’imaginaire possibles. Les planètes en quadrature, simples découpages en papier animés par des projections vidéo, se chargent d’une véritable électricité. L’utopie d’une communauté à la recherche de ses propres mystères prend forme sous nos yeux.

Smaranda Olcèse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives

%d blogueurs aiment cette page :