ISTANBUL : AHMET SEL, PHOTOGRAPHIES, A DEPO / ISTANBUL

Sefer Atalay

Correspondance à Istanbul.
PHOTOGRAPHIE : Ahmet Sel / ‘Davutpasa Mid 3’ / Photographies / 24 Nov – 23 Dec 2012 / Depo Istanbul.

 

Entre passé et présent, les identités en reconstruction

Actuellement au centre culturel Depo, l’exposition ‘Davutpasa Mid 3’ que nous propose le photographe Ahmet Sel, ouvre aux visiteurs une fenêtre de regards et de réflexions sur les rouages identitaires engendrés par l’enfermement carcéral. L’exposition dresse le portrait de quarante deux hommes détenus dans les années 1980, période d’instabilité politique en Turquie qui vit le coup d’état militaire. Un coup d’état accompagné d’une vague importante d’arrestations.

Au matin du douze septembre 1980, des milliers de manifestants, jeunes opposants pour la plupart, considérés alors comme une menace politique et terroriste se font arrêter et pour un grand nombre d’entre eux incarcérer. La prison de Davutpasa fait partie des prisons dans lesquelles sont enfermés ces hommes.

Un sort auquel le photographe lui même a pu échapper, en s’exilant pendant plus de vingt six ans. De retour en Turquie après cette longue période d’exil, il se penche ainsi sur un passé proche, qui demeure encore bien présent dans la mémoire turque.

Occasion pour lui de poser un regard sur son propre passé et sur ce qu’il aurait pu subir, ce projet est le prolongement de son approche photographique documentaire axée sur la mémoire collective et les influences des évènements politiques ou sociaux sur les groupes humains.

Ici, les photographies de ces hommes, intenses, fixes, durs, laissent imaginer avec force la noirceur et l’injustice de ces années d’emprisonnement.

Au delà de figer ces visages, ces portraits nous apportent des éléments de compréhension et de réflexion sur la vie de ces hommes, hier et aujourd’hui. L’arrière plan de ces portraits est ô combien symbolique. C’est en posant devant leurs anciens lieux de vie et d’arrestation aujourd’hui transformés, qu’ils fixent l’objectif.

Ahmet Sel a ainsi voulu saisir une partie de leurs vies « quelque part entre le passé et le présent comme dans un tunnel temporel ».

« Certains ont posé dans la maison où ils ont été arrêtés ou devant l’immeuble construit à la place du commissariat où ils ont subi des tortures. D’autres ont préféré une autre scène, celle des champs ou des collines où ils aimaient se promener, une fois sortis de la prison. »

« Ces endroits, comme les hommes, se sont transformés, des tours et des villes nouvelles y ont poussé, à l’image d’une Turquie qui se reconstruit en confrontation directe avec celle des années du coup d’Etat (…) sur ces photographies il y a des traces du passé et des indices de l’évolution de la société dans laquelle ces hommes continuent d’exister de différentes manières »

De ces portraits capturés dans ces lieux transformés, se dégagent le sentiment d’observer un double processus de reconstruction identitaire. Malgré l’horreur traversée dans le passé, aussi bien l’homme que l’espace semblent être marqués par une véritable volonté de transformation dans le présent et pour le futur.

Transformer le passé, ses lieux, ses traces, pour mieux reconstruire son identité. Une sorte d’instinct de renouveau temporel. Des voies de réponse et de résistance aussi, à ces années d’enfermement pour espérer aujourd’hui se reconstruire et encourager un renouveau pacifié.

Certains de ces hommes étaient présents lors du vernissage de l’exposition à Depo, le 23 novembre dernier. Une forte émotion, une joie fraternelle, des embrassades, ces hommes se retrouvaient ensemble, observaient leurs portraits, les présentaient et commentaient avec fierté à leurs proches, femmes, enfants, amis ou visiteurs présents.

Une image. Celle de la joie portée par le visage souriant d’un de ces anciens détenus, se faisant photographier par son fils devant son portrait, bien plus sombre, pris devant le mur de son arrestation. Cette image contrastée révèle à elle seule l’esprit de paix et de réconciliation que ces hommes semblent vouloir aujourd’hui porter sur leur vie et histoire passées.

Un choix, celui de regarder ce passé sans en dégager un esprit de revendication et de vengeance mais en en prenant de la distance avec paix et sagesse. « En me laissant exposer sur les murs d’une salle d’exposition et dans les pages d’un livre les combats de leur 18 ans et leur vie passée derrière les barreaux pour leurs idéaux, ils semblaient enfin faire la paix avec le passé. Ils étaient fiers et sages à la fois. Sur les photos ils se sont vus vieillis, usés et certains m’ont dit avoir encore une fois pris conscience de la nature éphémère de leur propre existence, du combat qu’ils avaient menée, mais que s’il fallait tout recommencer, ils n’hésiteraient pas une minute »

Car il ne s’agit pas pour autant de renoncement et de résignation. L’engagement et la foi politique demeurent. Seule l’énergie en est transformée. Cette transformation, ces transformations reflètent aujourd’hui l’espoir de voir la Turquie mieux lire sa propre histoire pour ainsi mieux reconstruire son identité et celles de ses hommes.

La nécessité d’une nouvelle mise en lumière historique et humaine de la société turque est réelle. Ce travail photographique y répond. De par les lectures qu’elle nous offre, cette photographie documentaire révèle une photographie identitaire et anthropologique.

Naïla Banian

‘Davutpasa Mid 3’ Ahmet Sel / 24 Nov – 23 Dec 2012 / Depo Istanbul

http://www.ahmetsel.com/Default.aspx
http://www.depoistanbul.net/en/index.asp

Remerciements : Ahmet Sel et Zeynep Morali / Depo

Seyfettin Yılmaz

Şahin Arslan

Visuels : AHMET SEL : portraits de Sefer Atalay / Seyfettin Yilmaz / Sahin Arslan / Photographies Copyright Ahmet Sel

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives