« J’AI PASSE MA VIE A CHERCHER L’OUVRE-BOITES », AU THEATRE DU ROND-POINT

Jean-Quentin-Châtelain-@%20Giovanni%20Cittadini%20Cesi[1]

banière-ouvre-boîteS_0[1]

J’ai passé ma vie à chercher l’ouvre-boîtes / de Maurice-Domingue Barthélémy / mise en scène Claude Aufaure / avec Jean-Quentin Châtelain / jusqu’au 30 décembre 2012 au Théâtre du Rond Point.

J’ai passé ma vie à chercher l’ouvre-boîtes, de Maurice-Domingue Barthélémy, est un texte simple, fourmillant de blagues potaches qui s’avère, grâce à l’extraordinaire interprétation de Jean-Quentin Chatelain, totalement hilarant.

Chatelain, avec son accent bizarre, un peu chanté, son corps dodu et ses cheveux longs et gras, incarne avec vivacité et poésie un enfant de douze ans élevé dans les années soixante-dix dans un petit village de l’Oise « abandonné de Dieu ». Son histoire est celle d’un garçon, légèrement misanthrope, qui voudrait faire la grasse matinée mais qui en est empêché par sa famille incapable de comprendre ses besoins primaires.

Le protagoniste analyse et nous raconte les faits et les potins de sa famille : une frangine fabriquant un pullover avec des poils de chat, un père ayant enterré ses Paris-Match sur la guerre d’Algérie dans le jardin, un oncle, ancien militaire de carrière, qui continue d’organiser des manœuvres dangereuses en forêt, une mère en furie et une grand-mère nazi. Sans compter une femme de ménage, Dalila, sourde et muette qui a perdu sept de ses dix doigts à la mort de son mari. En bref, chaque souvenir est transfiguré : les faits banals n’existent pas dans cette famille, la folie y règne ! L’humeur est désarmante sans être trop féroce, entre discrète rébellion face au monde adulte et recherche de bonnes idées pour survivre dans cet univers trop oppressant.

Le décor, minimaliste, se résume en un jeu d’ombres et de lumières qui, de concert, dessinent quelques figures au sol. Jean-Quentin Chatelain tient la scène pendant une heure et vingt sans jamais nous ennuyer une seule seconde. Bon équilibre pour une réussite, in fine, d’un voyage étrange dans un monde enfantin.

Camilla Pizzichillo

Jusqu’au 30 décembre 2012 au Théâtre du Rond Point.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives