DESIRE DAVIDS : COLOURED / CHAMELEON / DANCE

Coloured Chameleon Dance

DESIRE DAVIDS : COLOURED / CHAMELEON / DANCE / Festival INSTANCES 10e édition / Chalon sur Saône.

Un ticket d’entrée vous est délivré en bas des escaliers. Dessus, une mention : « black », « white » ou « coloured ». « Mince ! j’ai un « white » et tu as un « black », on va nous séparer ! » Mais en haut, l’entrée dans la salle se fait par deux côtés, l’un pour les « blacks », l’autres pour les « whites ». Et les coloured alors ? la problématique est posée, et les coloured d’un soir s’en souviendront (même si finalement, on les a laissé entrer).

« Si le monde était noir et blanc… Le monde est-il noir et blanc ? Suis-je suffisamment noir/blanc pour vous ? » interroge Desiré. Car en Afrique du Sud, jusqu’en 94 (fin de l’Apartheid), les « gens de couleur » étaient moins qu’un blanc et plus qu’un noir. Et leur identité était instable : de vrais caméléons. Ainsi, « en 1985, plus de mille personnes ont changé de couleur officiellement », nous explique un article du quotidien Star, projeté sur le fond de la scène.

Desiré Davids se saisit de l’information pour questionner la problématique identitaire dans laquelle se débattent encore aujourd’hui les « coloured » (métis), qui ont depuis connu de nouvelles difficultés, victimes indirectes de la nouvelle politique de discrimination positive en faveur des noirs. Décidément, ces « coloured » ne sont jamais du bon côté… leur identité est double, leurs origines souvent tues, et leur histoire entachée de honte.

C’est cette identité trouble et cette histoire cachée que Desiré Davids semble « réparer » dans COLOURED/CHALELEON/DANSE. Métisse, elle exprime le long parcours qui mène à l’affirmation de soi. Dans une danse très travaillée, aux qualités techniques et expressives impressionnantes, elle trace un parcours de vie.

Tout commence par cette ligne blanche qui sépare la scène noire en deux. Que faire ? Danser sur la ligne, pencher vers un côté, oui mais lequel ? le choix semble impossible et pourtant on le lui dit : « Il va falloir choisir ». L’hésitation se prolonge, et la danseuse est sans visage, réfugiée sous son chapeau et sur sa ligne. Pourtant, tout est tellement plus beau si l’on danse à deux, chacun d’un côté de la ligne, encore séparés mais déjà ensemble, à deux pour se maintenir en équilibre. Chacun observe l’autre, de très près, dans un geste de curiosité impudique, animal, qui finirait presque en baiser, geste très charnel et très fort.

Puis c’est la fin de l’Apartheid. On l’apprend en même temps que le couple de danseurs, à la télé. De dos, immobiles, ils ne font qu’ôter leur chapeau en silence, mais la magie de la scène nous fait sentir dans ce simple geste toute l’émotion de ceux que ont vécu cet instant.

Et alors vient la couleur. David Johnson, qui accompagne Desiré dans l’interprétation, la peint de toutes les couleurs, et de force. Tout son corps est ainsi coloré. C’est violent, mais libérateur. Comme s’il lui disait « débarrasse-toi de cette merde de noir et blanc ». Et c’est seulement alors que la danseuse va pouvoir exister vraiment. Elle était collée au sol, elle se décolle. Ses mouvements s’amplifient, investissent l’espace, et expriment toute la gamme des expressions possibles : une personnalité complète et colorée, épanouie.

Reste la discrimination positive, illustrée par une image magnifique dans laquelle elle, métisse, s’efface, cesse d’exister, derrière son duo noir qui prospère et se remplit les poches. Tout n’est donc pas résolu, mais à travers cette courte pièce, conçue avec très peu de moyens et pour un tout petit espace, Desiré Davids a su nous montrer l’essentiel de son aspiration : exister et être regardée pour ce qu’elle est. Et pas en noir et blanc s’il vous plaît !

Maya Miquel Garcia

Retrouvez toutes les critiques du festival Instances dans notre dossier spécial : https://inferno-magazine.com/category/instances/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives