« STANDARTS » AU THEÂTRE DE NÎMES : PIERRE RIGAL, STRAVINSKIP HOP

standards[1]

Pierre Rigal « Standarts » / Vu au Théâtre de Nîmes Mercredi 9 Octobre 2013.

On demande souvent peu à un spectacle de Hip-Hop. Quelques tours, deux trois galipettes et la salle est en transe. Pierre Rigal nous donne beaucoup.

Beaucoup plus que de la simple exécution formelle. Il y a du fond dans Standards. La danse contemporaine a cela de magique qu’elle peut s’emparer de grands sujets, de débats d’idées fumeuses sans s’embarrasser d’un discours mal fagoté. Et quand le chemin qui pousse la réflexion du concepteur vers le spectateur passe par le corps du danseur, c’est gagné. Standards ou comment s’emparer de tout ce qui se cache derrière le concept de nation pour en faire une pièce chorégraphique forte, tant sur le plan spirituel que corporel.

Un rectangle en trois partie est posé au sol. Les sept danseurs, tous habillés de gris avec quelques éléments fluos entrent, se déchaussent et dansent sur ce tapis de sol tripartite, qui se teintera de lumières, dont régulièrement du blanc/blanc/rouge. Tous les danseurs se jettent dans le tricolore, dans la liberté, l’égalité, la fraternité avec une certaine violence mais beaucoup de respect. Ca déambule, ça circule, ça stop net : le long fil du mouvement que déroule le spectacle trace clair et net. Sur une musique électro tintée de samples d’accordéon, la danse est à l’image du son, répétitive, obsédante jusqu’à une certaine forme de transe. La chorégraphie se répète, inlassablement. Petit à petit, chacun vient exécuter les mouvements de l’autre, si proche de lui que les gestes s’encastrent les uns dans les autres.

A deux, quatre ou six, les formes s’entremêlent (voir la vidéo) pour créer d’autres figures qui appellent tantôt à l’art contemporain (les formes géométriques d’un Sol Lewitt ou d’un Piet Mondrian ne sont pas bien loin) tantôt vers de grandes postures des figures allégoriques du XIXe. Comme des personnages de Delacroix, tous les danseurs sont dans le même radeau. La chorégraphie essaime les belles images très esthétiques mais qui sont nourries d’intentions, de regards, d’états, de sentiments forts qui évitent l’écueil de la belle coquille vide. Les danseurs, notamment Steve Kamseu, arrivent à danser un hip hop très technique (une maîtrise du mouvement excellente) tout en interprétant et en investissant leur danse d’une émotion palpable et nourrie.

Plusieurs fois ils mettront leurs chaussures non aux pieds mais sur le crâne (vraiment, notre époque marche sur la tête!) ou aux mains. Plusieurs fois, les danseurs parleront avec leurs chaussures, penseront avec le sol, créeront une danse jouissive recto dans leurs baskets. Une chorégraphie dont les pieds seraient la tête pensante.

Une des dernières scènes est un quatuor des gars, dans un joli camaïeu black/blanc/beur, tout en tendresse mais en virilité. On sera sans cesse dans l’oscillation entre la volonté de tirer vers l’individuel superfétatoire (une scène de bal des egos qui défile) et la tentation du collectif, du groupe, du vivre ensemble.

Le spectacle nous joue le coup de la fin sans fin. En même temps, on n’en a jamais vraiment fini avec le collectif. Le public fut calme (ce soir là, la BNP, mécène du spectacle et de la danse en Languedoc-Roussillon avait invité 150 personnes pomponnées) mais les applaudissements furent très fournis et les spectateurs conquis. On demande souvent peu à un spectacle de Hip-Hop. Pierre Rigal nous donne beaucoup.

Bruno Paternot

Standarts de Pierre Rigal :
•Conception, chorégraphie Pierre Rigal
•Avec Julia Flot, Steve Kamseu, Sandrine Lescourant, Camille Regneault, Julien Saint-Maximin, Marie-Kaae Schmidt, Joël Tshiamala
•Musique originale en direct Nihil Bordures
•Lumières Frédéric Stoll
•Assistante artistique, costumes, maquillage Mélanie Chartreux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives