JOACHIM KOESTER : « THE PLACE OF DEAD ROADS » AU CAC GENEVE

joachim-koester-exhibit-15

Joachim Koester : “The Place of Dead Roads” / Centre d’Art Contemporain, Genève (CH) / Jusqu’au 17 août 2014.

Le Centre d’Art Contemporain à Genève présente The Place of Dead Roads, une exposition monographique de Joachim Koester réunissant une installation vidéo inédite, coproduite par le Centre, et un ensemble important d’œuvres photographiques réalisées entre 2003 et 2012.

Le travail de Joachim Koester sonde, à travers l’installation vidéo, le film 16mm et la photographie, les zones de troubles entre conscient et inconscient, occulte et rationnel. Le corps et la notion de performance sont des thématiques récurrentes de son œuvre. Dans une démarche conceptuelle et expérimentale, l’artiste se plait à mettre en scène le corps par la création d’un langage et de gestes évoquant la question de transe et de possession.

Pour son exposition au Centre, Koester proposera une vidéo exclusive au sein d’une vaste installation en forme de labyrinthe fait de fragments de bois, sur un étage entier de l’institution. Empruntant divers codes au Western, le film est tourné dans cette même installation et présente quatre personnages alternant des jeux de regards et des gestes suggérant le duel dans une forme de rituel. Les mimes offensifs et défensifs des acteurs sont entrecoupés de gesticulations tribales suggérant un état de transe, où le corps se présenterait comme une armure que les protagonistes tenteraient de briser. Le titre de cette œuvre, The Place of Dead Roads, a également été choisi comme intitulé de l’exposition et est tiré d’un roman de William S. Burroughs.

Le troisième étage du Centre sera entièrement consacré au travail photographique de Joachim Koester. L‘artiste a commencé à pratiquer la photographie dans les années 90, développant un travail entre archive documentaire et fiction artistique. Ses différentes séries d’images révèlent son intérêt particulier pour les mystères entourant les pans de notre histoire tombés dans l’oubli et les phénomènes occultes, à l’image de The Magic Mirror of John Dee (2006), documentant le miroir magique d’un obscur mathématicien et astrologue anglais du XVIème siècle.

Joachim Koester est né en 1962 à Copenhague au Danemark. Ses travaux ont été montrés à la Documenta X de Kassel, la Biennale de Johannesburg, la Kwangju Biennale, la Biennale de Venise, la Busan Biennale, la Manifesta de Trento, la Tate Triennial à Londres, la Biennale de Taipei à Taiwan, ainsi que dans le cadre d’expositions personnelles au Centre de la Photographie à Paris, au Statens Museum for Kunst de Copenhague, au CASM Centre D’Art Santa Mònica de Barcelone, au Palais de Tokyo de Paris, au Moderna Museet de Stockholm, au Museo Tamayo de Mexico City, au Power Plant de Toronto, au Kestnergesellschaft de Hanovre, au IAC de Villeurbanne, au MIT de Boston, au Charlottenborg de Copenhague, au S.M.A.K de Gand et au Camera Austria de Graz

__________________________________________________________________________________________________________________

The Centre d’Art Contemporain Genève presents “The Place of Dead Roads”, a solo exhibition by Joachim Koester featuring a new video installation, coproduced by the Centre, and an extensive collection of photographic works undertaken between 2003 and 2012.

Using video, 16mm film, installation and photography, Koester’s work explores those troubled interzones between conscious and unconscious, the occult and the rational. The body and the notion of performance are recurring themes in his work. Koester is a conceptual, experimental artist who likes to dramatize the human body by creating a language and gestures that evoke the question of trance and possession.

Joachim Koester’s exhibition at the Centre will feature an exclusive video, surrounded by a huge installation in the form of a labyrinth made out of fragments of wood and occupying one whole floor of the building. Shot inside the installation, the film uses codes borrowed from the Western and presents four characters whose expressions and gestures suggest a ritualized duel. As the actors switch from miming attack and defense to tribal gesticulations, the effect is of a state of trance in which the body seems like a suit of armor the protagonists are trying to pierce. The title of this work, The Place of Dead Roads, is also the title of the exhibition and is taken from a novel by William S. Burroughs.

The Centre’s third floor will be given over entirely to Joachim Koester’s photographic work. Koester took up photography in the 1990s and has developed a body of work that sits between documentary archive and artistic fiction. His different series of images reveal a particular interest in the mysteries surrounding forgotten episodes from history and in occult phenomena, such as The Magic Mirror of John Dee, which documents the magic mirror of an obscure 16th-century English mathematician and astrologer.

joachim-koester-exhibit-14

joachim-koester-western-still-02

Images Copyright Joachim Koester

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives