CHRISTIAN MARCLAY : « THE CLOCK », CENTRE POMPIDOU-METZ

clock2_2353636b

Christian Marclay : The Clock / Centre Pompidou-Metz / 04 juil.-15 sept. 2014.

The Clock de Christian Marclay est une œuvre audiovisuelle d’une durée de 24 heures. Spectaculaire, hypnotique, son mécanisme cinématographique est réglé avec la précision d’une horloge et se métamorphose en machine à remonter le temps rythmant, minute par minute, un siècle de cinéma.

Christian Marclay y orchestre des milliers d’extraits de films, puisés dans toute l’histoire du cinéma pour composer cette mécanique qui indique l’heure en temps réel, dans chacun des lieux où elle est présentée. Des comédies en noir et blanc aux séries B, des films d’avant-garde aux films à suspens, tous rendent visible le temps qui passe à travers la succession des plans d’horloges, de réveils, d’alarmes, de montres, d’actions ou de dialogues illustrant cet implacable écoulement du temps

Une histoire du cinéma, qui se confond avec notre histoire personnelle — notre horloge biologique — pour créer une mise en abyme vertigineuse où nous sommes, par le truchement du temps réel, les contemporains des acteurs de la fiction.

Les images scandent impitoyablement la force tyrannique du temps à travers les fragments de désirs, de frustrations, d’espoirs, de joies et de désespoirs qui se succèdent à l’écran. Le spectateur a alors l’impression d’assister à une fiction en temps réel. Ce qui relève d’un coup d’œil furtif sur les horloges devient ici une exploration du temps et de la façon dont nous l’appréhendons.

Le son y joue sa propre partition. Christian Marclay l’utilise comme un liant, une symphonie de sonneries, tic-tac, pas, cris, rires, pleurs et musique. Les équivalents formels entre le temps et la musique deviennent sensibles et The Clock devient une œuvre musicale, nous rendant captifs de ses sonorités qui se confondent avec notre propre pulsation.

Christian Marclay a toujours utilisé le cinéma comme répertoire d’extraits à prélever. Sa pratique de l’emprunt, de l’échantillon, de la citation l’inscrit dans la filiation de Dada et de Marcel Duchamp et relève de la démarche émancipatrice de Fluxus tout autant que des stratégies du pop art ou de l’invitation du «Do It Yourself» punk. Elle porte aussi l’empreinte du cinéma expérimental qui a fait de l’emprunt et du montage des composants essentiels des films indépendants. Christian Marclay pousse jusqu’à la virtuosité cette esthétique du fragment dans The Clock.

Cette œuvre a constitué l’un des événements de la 54e Biennale de Venise, en 2011, où Christian Marclay s’est vu décerner le Lion d’or du meilleur artiste. The Clock a, une première fois, été présentée au Centre Pompidou à Paris en septembre 2011, puis à nouveau du 17 mai au 2 juillet 2014.

Présentation exceptionnelle de l’œuvre en nocturne les 4 et 19 juillet, le 31 août et le 13 septembre 2014.

Christian-Marclay-The-Clock-2010-

Christian-Marclay-The-Clock

Visuels : Christian Marclay, The Clock (détail), 2010. Single channel video. Duration: 24 hours.

Courtesy White Cube, London and Paula Cooper Gallery, New York. Photo: Todd-White Art Photography.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives