DISPARITION : CARLOTTA IKEDA

carlotta-8-svfilmct

DISPARITION : CARLOTTA IKEDA

La grande danseuse et chorégraphe de Butô Carlotta Ikeda, née en 1941 à Tōkyō et installée à Bordeaux, est décédée ce 24 septembre 2014 à Bordeaux.

Carlotta Ikeda demeurera une référence de la danse butô, née au Japon des braises d’Hiroshima dans les années 60. Cette « danse des ténèbres » était à l’origine réservée aux hommes, jusqu’à ce que la chorégraphe s’en mêle : elle fonde la compagnie Ariadone en 1974, seule troupe exclusivement féminine de butô. Elle est l’auteur d’une œuvre dense et, comme un fil d’Ariane qu’elle déroule, ses spectacles sont autant de séquences d’un voyage initiatique.

Carlotta Ikeda collabore au début des années 1970 avec le groupe Dairakudakan. Elle fonde ensuite en 1974 avec Kô Murobushi la Compagnie Ariadone uniquement composée de femmes et explore une nouvelle forme de « butō libre », devenant une figure centrale de la discipline avec le groupe Sankaï Juku. Sa reconnaissance en Europe date de 1981 avec le solo Utt1.

Carlotta Ikeda, née Sanaé Ikeda, s’était installée à Bordeaux avec sa compagnie et a créé de nombreuses chorégraphies dans le monde entier. Sa reconnaissance est internationale, même si la France a largement contribué à la diffusion de ses oeuvres au travers de nombreux festivals, dont le Festival d’Automne. Une de ses dernières créations était Medea, (2011) au Théâtre Paris-Villette, après Chez Ikkyû (2010), oeuvre pour jeune public et juste avant Un coup de don , créée en 2012.

Chez Ikkyû était son premier spectacle pour le jeune public, créé en 2010 au CDC d’Aquitaine. Il raconte l’histoire d’un jeune moine japonais, Ikkyû Sojun, devenu au Moyen-Âge poète, calligraphe et grand maître zen. Ikkyû a réellement existé, sa vie extraordinaire l’a fait entrer dans la légende. Pour cette création, Carlotta Ikeda invite trois danseuses, une musicienne de koto et de shamisen et une chanteuse soprano. Langage chorégraphique d’aujourd’hui, musique traditionnelle japonaise et images de synthèse animées s’entremêlent au service d’un somptueux poème visuel.

LIRE AUSSI l’article que Jean-Marc Adolphe lui consacre sur Médiapart : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-marc-adolphe/250914/carlotta-ikeda-ultime-metamorphose

Principales chorégraphies :
1980 : Zarathoustra – création au Sogetsu Hall à Tokyo
1981 : Utt – création au Sogetsu Hall à Tokyo
1993 : Aï-Amour – création au Danse Hus à Stockholm
1996 : Waiting sur un texte de Marguerite Duras – création au Théâtre national de la danse et de l’image
1999 : Haru no saïten – Un sacre du printemps – création au Théâtre de la Bastille à Paris
2002 : Togue – création à la Vieille Charité lors du Festival de Marseille
2005 : Zarathoustra-Variations – création au Centre culturel des Carmes lors du Festival Tendances à Langon
2008 : Uchuu Cabaret – création Les Hivernales – CDC d’Avignon
2010 : Chez Ikkyû – création Le Cuvier – CDC d’Aquitaine
2011 : Medea – création au Théâtre Paris-Villette
2012 : Un coup de don – création Festival Automne en Normandie

3199231

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

    Art Art Bruxelles Art New York Art Paris Art Venise Biennale de Venise Centre Pompidou Danse Festival d'Automne Festival d'Avignon Festivals La Biennale Musiques Palais de Tokyo Performance Photographie Théâtre Tribune
  • Archives