MARTIAL RAYSSE, RETROSPECTIVE, PALAZZO GRASSI, VENISE

raysse 2

MARTIAL RAYSSE, RETROSPECTIVE / PALAZZO GRASSI, Fondation Pinault, Venezia / A partir du 12 avril 2015.

Palazzo Grassi présente la première rétrospective de Martial Raysse hors des frontières françaises, à partir du 12 avril 2015. Conçue par Caroline Bourgeois en étroite collaboration avec l’artiste, l’exposition rassemble environ 350 oeuvres – tableaux, sculptures, néons et vidéos – parmi lesquelles certaines n’ont encore jamais été montrées au public (à titre d’exemple, plus de 250 oeuvres de cette sélection ne figuraient pas dans la rétrospective du Centre Pompidou).

L’exposition de Palazzo Grassi s’affranchit de la chronologie et instaure un dialogue ininterrompu entre des oeuvres de toutes les disciplines – peinture, dessin, sculpture, installation, film,… et toutes les décennies de la carrière de l’artiste. Ce parti pris met en évidence la profonde continuité du travail de Martial Raysse, qui explore depuis près de 50 ans les mêmes questionnements : le rôle de l’artiste, le travail de la peinture, le rapport à l’histoire de l’art, la politique… dans une liberté sans cesse réaffirmée, et au travers de moyens sans cesse renouvelés. Il témoigne de « la permanence d’une préoccupation ou d’une méthode – d’une poétique – toutes années confondues », pour reprendre la formule de Didier Semin. Il met également en évidence sa constante radicalité, déjà présente dans les oeuvres de jeunesse des années 1950-1960, et sans doute encore plus forte aujourd’hui, et la place centrale qu’y occupent les dimensions de la poésie et de l’humour.

L’exposition Martial Raysse permettra de redécouvrir son importante production picturale – des portraits colorés de jeunes femmes réalisés au cours de sa période Pop aux grandes compositions plus récentes convoquant l’héritage des grands maîtres du passé – en mettant l’accent sur les résonnances qu’il a établies entre ses peintures, tout au long de ses soixante ans de carrière. Le parcours de l’exposition se développe, en effet, comme un continuum qui investit la totalité des espaces de Palazzo Grassi (les salles d’expositions, mais aussi les circulations, l’escalier, le restaurant…) et immerge le visiteur dans le foisonnement créatif de l’univers de Martial Raysse, en privilégiant les jeux de perspective, les correspondances, les leitmotivs, les transversalités, les échos, les allersretours… entre des oeuvres d’époques, de techniques et de sujets différents : les oeuvres récentes éclairent de manière nouvelle la lecture des pièces plus anciennes, tandis que ces dernières inscrivent les oeuvres les plus contemporaines dans une mise en perspective historique.

La muséographie de l’exposition – et en particulier le design des vitrines de l’atrium de Palazzo Grassi – a été confiée à Martin Szekely dont les créations sont présentées dans de nombreux musées tels que le MoMa à New York, le Centre Pompidou et le Musée des Arts Décoratifs à Paris et le MUDAM au Luxembourg.

L’exposition s’inscrit dans le programme de monographies d’artistes contemporains majeurs – inauguré à Palazzo Grassi en avril 2012 avec Urs Fischer et poursuivi en 2013 avec Rudolf Stingel – présenté en alternance et en complémentarité avec les expositions thématiques de la Collection Pinault.

raysse 1

web

Copyright Martial Raysse ADAGP / courtesy Collection Pinault / Palazzo Grassi

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN