DUYVENDAK, « SOUND OF MUSIC » : LA CLAQUE !

sound_of_music_0

Genève, correspondance.
Yan Duyvendak : Sound of Music.

Avec Sound of Music, Yan Duyvendak lance un genre nouveau : la comédie musicale militante. Chez l’élégant performer, l’humour et la connivence cultivée ne sont plus de mise, et s’il a retourné sa veste côté paillettes, c’est pour mieux attraper le spectateur. Jouer les proues de navire façon Céline Dion ou les superheros version Neo dans Matrix c’était de la rigolade. Il est vrai que c’était il y a un moment. Avec Made in Paradise, SOS ou Please continue (Hamlet) le questionnement prend le dessus sur le divertissement.

Dans Sound of Music, Duyvendak n’est pas sur scène, il viendra cependant interrompre le spectacle durant quelques minutes pour une déclaration qui résonne comme un glas: « On n‘en a plus pour très longtemps, moins de 100 ans Il n’y aura pas de siècle prochain pour les hommes si on continue comme cela » . Est-ce le contexte, la sincérité ou un jeu parfait du performer, on en a froid dans le dos. Non vraiment cela ne rigole pas du tout. Et si le décor est flamboyant et les T-shirts d’or brillants, il s’agit bien de couvertures de survie, en vente également à la sortie.

Sound of Music est une anti-Mélodie du Bonheur . Et pourtant cela commençait bien. Tous ces beaux jeunes gens souriants, attrayants et drôlatiques avec leur gestuelles de Mii qui se déhanchent, passant et repassant dans une euphorie contagieuse. Le noyau dur ce sont les danseurs et chanteurs de Broadway, douze professionnels du musical habitués à aligner plusieurs comédies en même temps, auquel s’ajoute des danseurs du Ballet junior de Genève et d’autres danseurs militants.

Car une règle s’est imposée au casting : les interprètes doivent partager les convictions et le combat du maître d’oeuvre et ainsi participer à la pièce comme à un manifeste. Pendant que cette jeunesse (50 danseurs dans les moments de densité) s’égaie sur scène et chante sur des air niais un panneau d’information fait défiler des faits un peu plus que tristounets. Suicides en masse d’ouvriers chinois (les dirigeants de l’entreprise ont pensé un peu tard qu’ils auraient bien fait de mettre des filets pour les empêcher de s’écraser… Et pour le nettoyage on envoie la note aux parents ?) Construction de ville flottante pour riches afin que la croisière s’amuse pendant que les pauvres devraient sérieusement songer à prendre des cours de natation. On finit par se demander : A quand le Journal Télévisé en chanson ? …. Economie-consommation, écologie-pollution, démographie-solitude- surpopulation, individualisme, égocentrisme, mal-être des jeunes (et les vieux ils sont heureux ?) « All right, Good night » disait le pilote avant que l’avion ne s’écrase.

Olivier Dubois, directeur du ballet du Nord , invité à chorégraphier la pièce a créé de magnifiques évolutions de groupe, transposant au sol des mouvements des bras et jambes en une magnifique ligne rythmée, ou des rencontres aériennes à la fois hasardeuses et réglées. Christophe Fiat , auteur besançonnais a écrit les paroles des chansons sur les airs légèrement décalés de morceaux fameux pour les aficionados de musical (West Side Story, Hair, Gold Diggers…) composés par Andrea Cera . On peut se lasser des refrains, des répétitions mais on réalise que c’est le propre et la force du genre … insinuer des mélodies et des phrases qui finissent par coller dans le crâne.

L’intelligence du spectacle, ce qui le rend à la fois supportable et insupportable est cette combinaison de glamour, paillettes et séduction avec la tristesse et la sobriété du propos. Dénudé, ce dernier ferait fuir. Travesti et maquillé il saisit le spectateur à la gorge. Les responsables de Greenpeace ont bien fait de renvoyer Yan Duyvendak à ses compétences lorsque celui –ci a postulé chez eux. Aujourd’hui, ils pourraient peut-être l’inviter à faire un show sur un bateau ?

Ildiko Dao
à Genève

Tournée
Sound of Music de Yan Duyvendak en création au festival de la Bâtie à Genève du 29 août au 1er septembre sera à Actoral à Marseille le 24 et 25 septembre, aux Amandiers de Nanterre du 2 au 9 octobre, au Carré de Saint Medart en Jalles les 14-15 octobre, et retour en Suisse au théatre Vidy à Lausanne du 27 au 31 octobre 2015.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives