LES 26 000 COUVERTS : « A BIEN Y REFLECHIR ET PUISQUE VOUS SOULEVEZ LA QUESTION…. »

À BIEN Y RÉFLÉCHIR, ET PUISQUE VOUS SOULEVEZ LA QUESTION, IL FAUDRA QUAND MEME TROUVER UN TITRE UN PEU PLUS PERCUTANT - 26000 couverts -

Les 26 000 couverts : À bien y réfléchir et puisque vous soulevez la question il faudra quand même trouver un titre un peu plus percutant.

Philippe Nicolle metteur en scène de la troupe des 26 000 Couverts a proposé au théâtre du Grand T de Nantes un effeuillage du théâtre, déshabillé du décor et décoré de corps en action. Pourtant issu du support classique qu’est le conservatoire, Philippe Nicole nourrit sa réflexion sur la consommation du spectacle avec le théâtre de rue.  » Il tente de déconstruire l’appareil scénique pour le reconstruire dans un sens  » m’explique-t’il au téléphone.
Les meubles, le texte, la lumière enlèvent leurs costumes et offrent aux spectateurs une destination différente. Quel titre, quelle pièce, quel théâtre on vient-y voir ?

Les paradoxes chevauchent les destinations dans le galop des émotions flottantes. Apparaît alors la licorne multicolore de l’improbable, de l’insolite, de l’improvisation.

Les premières scènes désinstallent le public du siège d’où il s’est confortablement laissé prendre au jeu. On s’immerge doucement dans l’univers des 26 000 couverts, une troupe de théâtre de rue, avec donc cette relation si large à l’espace scénique, qui interroge les lieux et là le théâtre, la relation du spectateur avec le spectacle.
Sur le canapé vert qui assoit le talent de ces comédiens du burlesque, prennent vie des idées, des malentendus, des situations pour piéger le spectateur.

Une créature délirante s’enflamme à l’aide de tube rose à oxygène et inaugure le scandale, on met les pieds dans le jeu, Jean-jean le fantôme est il bien mort ? Alors on explore le délire d’ombrage d’un parasol vagabond..le cataclysme du réel…fragile rêverie. La mort est elle idiote ?

Elle peut bien se saouler au bout d’un van à pizza, s’en aller, nous oublier, un peu nous restons là.
À attendre la mise à mort, les mains en l’air, du trafic de la vie…de ces nécessaires héritages que l’on partage sans s’en apercevoir.

Mais qui met en scène cette mascarade, qui nous tue, qui nous use, sur la scène de la vie ? Qui tire les ficelles de ce scénario improbable…qu’on absorbe un peu idéaliste, dans la liberté défiante de cette pièce qui interroge, nous interroge…on divague. On cherche un titre à tout cela…

Ce n’est peut-être qu’une excuse, un titre, une pièce, pour jouer la comédie, les 26 000 couverts nous convient à cette dernière création : À bien y réfléchir et puisque vous soulevez la question il faudra quand même trouver un titre un peu plus percutant.

Claire Burban

À découvrir les dates de leur tournée sur leur site : http://www.26000couverts.org

Photo C. Raynaud de Lage

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN