YAN DUYVENDAK, « MADE/STILL IN PARADISE », GENEVE

yan d.
Genève, correspondance.
Yan Duyvendak – Made/Still in Paradise, Théâtre Forum Meyrin, Fête du Théâtre Genève
, Les 13 et 14 octobre, 20h le 15 octobre à 18h.

« 

Il nous semble important, impératif même, de remettre Made in Paradise en selle, de le faire correspondre à l’actualité récente, lui donner une pertinence face à ces nouveaux événements et ainsi de le transformer en Still in Paradise. Parce que nous pouvons, nous devons même, avec nos petits moyens, contribuer à déjouer les anciens et les nouveaux clichés, les vieux et les jeunes démons, et aller à la rencontre de l’Autre.
 » (YD).

« On nous promet le pire… l’envahissement… des femmes voilées… des hordes de barbares… la perte de notre identité… le choc des civilisations. Nous prenons l’avion, nous pensons à eux, les barbares, avec nos liquides et nos crèmes dans nos sachets plastiques transparents. Depuis le 11 septembre, l’Autre s’est mis à exister avec son A majuscule. Et nous ne savons pas quoi en faire. Yan Duyvendak et Omar Ghayatt, respectivement performeur suisse et égyptien, se sont rencontrés en 2007, d’abord au Caire puis en Suisse. Que se passe-t-il quand «Just do it» rencontre «Inch Allah»? Quand «Fais-le, un point c’est tout» se confronte à «Si Dieu le veut» ?

Depuis, ils prennent la peine de regarder le monde de l’Autre. Et dans ce souci de l’autre, il y a déjà quelque chose d’apaisant. Ils livrent des fragments en perpétuel mouvement, coups d’oeils, coups de gueule, forcément subjectifs, forcément spécifiques. Au public de les choisir et de «faire» chaque soir sa pièce, en sachant qu’il lui sera impossible de tout voir et que l’œuvre qui prendra forme ce soir-là sera unique.

La plupart de ces fragments performatifs incluent les spectateurs, créant ainsi un espace commun, un passage entre ces deux mondes, un lieu pour sortir du discours dominant qui suppure la peur et le rejet. Dans cette juxtaposition hasardeuse, dans ces chocs involontaires, un miroir nous est tendu, à la façon dont tout voyage interroge nos références. En regardant l’autre, on prend le risque de se voir. » (texte de Nicole Borgeat)

Que se passe-t-il dans la tête de l’ennemi ?

Mais que peut-il bien se passer dans la tête d’un terroriste ? Interrogation lancinante, qui revient nous tarauder après chaque attentat, surtout depuis qu’ils ont lieu chez nous.

En 2008, Yan Duyvendak et Omar Ghayatt, accompagnés de Nicole Borgeat à la dramaturgie, avaient créé une performance qu’ils qualifiaient de «post-11-Septembre». Deux hommes, l’un incarnant l’Occident, l’autre l’Islam, prenaient à leur compte le fameux choc des civilisations décrit par Samuel Huntington, en donnant leur point de vue sur différents sujets de société: la burqa, le cinéma américain, les premières expériences sexuelles… Après six ans de tournée, une centaine de dates dans plusieurs pays, mais surtout après la vague des printemps arabes, ce dispositif semblait menacé d’obsolescence, dépassé par les événements.

Hélas, la guerre syrienne a réveillé les vieux démons; les attentats se sont multipliés, toujours plus élaborés, toujours plus sanglants, et la question est revenue: mais que se passe-t-il dans la tête de l’Autre, l’ennemi, celui qui veut ma mort ?

Alors, les trois artistes ont remis l’ouvrage sur le métier, revisité leurs thématiques, enlevé ce qui n’était plus d’actualité, ajouté de nouvelles réflexions sur des crispations plus récentes. Le choix des sujets est soumis au vote des spectateurs et il s’ensuit une espèce de concours à celui qui vendra le mieux sa camelote idéologique. Et comme toujours avec Duyvendak, ça va là où ça fait mal.

Ildiko Dao,
(d’après le CP)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN