STEPHANIE LUPO, « LALLA’S SONGS », AU PRINTEMPS DE L’ECHANGEUR

« Lalla’s Songs » (Chants de Lalla) – théâtre performance – De et avec Stéphanie Lupo – Dans le cadre du Printemps de l’Echangeur – L’Echangeur, Bagnolet – 1er juin 2018 à 19h et 2 juin 2018 à 20h – Durée : Environ 50 min

« Le nuage le plus sombre cache une doublure d’argent et l’obscurité d’avant l’aube fait place à des traînées de lumière couleur safran »

Les années soixante sont aussi celles de la révolution intérieure et de l’arrivée en Occident des enseignements traditionnels d’Orient. Séduits par l’idée de Libération, d’Eveil ou d’illumination, écho à l’élan révolutionnaire qui se répand en Europe et aux Etats-Unis, artistes et hippies découvrent bouddhisme, zen, hindouisme… En résonance à cette période, Stéphanie Lupo propose un projet entre théâtre et performance à partir des poèmes de Lalla Ded, génie de la poésie mystique du 14e siècle que sikhs, hindous et musulmans dépeignent comme « intoxiquée par la folle sagesse », et dont ils chantent aujourd’hui encore les poèmes ardents. Elle dira également Song d’Allen Ginsberg, hymne à l’Amour et au retour à une totale liberté d’Être.

« Au cœur du travail se trouve la notion d’acte et de présence authentique. L’idée d’engagement de l’acteur, à la frontière de la personne qu’il est réellement. Déjouer les masques, déposer la matière brute et confuse. Transformer le plomb en or. Retrouver une vérité « nue ». Jouer. Performer. Comme un acte de conscience. Le faire sans filet, comme un poète dont le fait de prendre la parole en public est porté par une nécessité intérieure. » Stéphanie Lupo

« Réveillée tandis que la lune disparaissait
J’ai fait chanter la folie qui agitait mon coeur tourmenté
Mis à nu par la douleur d’amour que je portais
J’ai crié : Lalli Lalli Lalli
Je suis chercheuse de Vérité
Je cherche la Réalité

Le Rubis du Soi s’est éveillé
Je m’y suis absorbée
Mon corps est devenu réceptacle
Amour de tout ce qui est

J’ai ouvert mon esprit
J’ai libéré la passion qui laissait mon coeur attaché
Abandonnée à Ses bras
Je suis devenue Lalla »

« Le jardin de la connaissance est un jardin fertile
Arrose-le avec l’eau de l’adoration
Dans la plénitude de l’acte
Alors peu à peu, tu offres à la Vie
Les fruits de ce jardin
Où la Liberté surgit de la nudité absolue »

« J’ai placé le creuset au feu de ma forge
l’or étincelant n’a plus de scories
Comme une fine pellicule de glace
J’ai fondu au feu de l’amour
Le soleil s’est levé, et moi Lalla
j’ai trouvé la félicité lorsque je me suis souvenue
Que « Je » n’était rien d’autre que Ton nom »

Traductions Daniel Odier (Lalla, chants mystiques du tantrisme cachemirien) et Stéphanie Lupo à partir de l’ouvrage « The Ascent of Self, A reinterpretation of the Mystical Poetry of Lalla Ded »,by B.N.Parimoo.

http://www.lechangeur.org/event/vendredi-1er-juin/
http://www.stephanie-lupo.com

Images : Allen Ginsberg, Peter, Orlovsky and friends of Rocky flats truth forcey – Photo Steve Groer

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN