« LE CRI DU CAIRE », UN VENT DE LIBERTE VENU D’EGYPTE

72e FESTIVAL D’AVIGNON. « Le Cri du Caire » – Création d’Abdullah Miniawy, Peter Corser, Karsten Hochapfel, Yom – Concert unique donné le 17 juillet dans la cour du collège Vernet.

La musique qui, à l’instar du théâtre, transmet des émotions au travers d’expressions et d’esthétiques très variées a toujours été bien accueillie au Festival d’Avignon. Dans l’esprit du Festival, c’est-à-dire mêlant création et contemporanéité, ces épisodes musicaux nous ont permis souvent de découvrir le talent de créateurs originaux à la recherche de nouvelles formes musicales.

« Le Cri du Caire » s’inscrit dans cet esprit de découverte et résulte de la rencontre improbable entre Abdullah Miniawy, écrivain, chanteur et compositeur cairote, Peter Corser, saxophoniste anglais et Karsten Hochapfel, violoncelliste allemand. C’est une musique de rencontre. Le style est composite et les sources d’inspiration multiples témoignent de la volonté de cette jeunesse égyptienne de s’ouvrir au monde, de s’évader et de revendiquer une liberté de création en dehors des canons imposés par le pouvoir ou la religion.

Abdullah Miniawy est un jeune artiste engagé, ardent défenseur de la révolution démocratique égyptienne et porte-parole de cette jeunesse égyptienne muselée et réprimée, qui a soif de pluralisme et qui rêve d’une libre expression, d’une culture non-folklorisée et ouverte aux courants actuels.

Ce qui pourrait passer pour un quelconque concert d’un groupe musical en tournée est en fait l’aboutissement de trois années de luttes et de batailles administratives qu’Abdullah Miniawy a dû mener pour pouvoir sortir d’Egypte, alors que la censure touche tous les milieux artistiques et que nombre de ses amis sont emprisonnés pour leurs écrits ou leurs musiques. C’est donc un privilège d’écouter le témoignage et le cri de cet artiste dans ce concert unique du Festival.

Cette musique est avant tout fondée sur les chants soufis d’Abdullah Miniawy qui nous emportent vers un monde de spiritualité et de mysticisme porteur d’espérance. Au travers de murmures intimes, de moments de poésie ou de cris de douleur ou d’espoir, cette voix subjugue et touche le cœur.

La musique instrumentale repose sur la force émotionnelle du violoncelle de Karsten Hochapfel et sur les tons jazzy du saxophone de Peter Corser. Elle porte avec force cette voix fascinante au travers d’harmonies étonnantes qui paraissent improvisées et, souvent, de magnifiques thèmes en boucle, obsédants et envoûtants, qui tendent vers un état de transes, qui font tourner la tête. Les tonalités occidentales et orientales se mêlent et les résonances jazz croisent les arabesques sinueuses du chant soufi.

Mais il est inutile de chercher à classifier cette musique dans telle ou telle catégorie. C’est une musique chargée de spiritualité et d’émotion, qui sort du cœur et qui transmet. Les textes d’Abdullah Miniawy nous échappent mais son chant ensorcelant et la musique font parler les mots.

Enfin dans la dernière partie du concert, ce trio est rejoint par Yom, un clarinettiste qui interprète une musique klezmer, cette musique qui exprime si bien les joies et les peines des juifs ashkénazes. Et là surgit dans la nuit un nouveau cri, tour à tour déchirant, douloureux, nostalgique, chargé d’espoir. Moment magique d’une musique juive qui fait écho au chant soufi d’Abdullah Miniawy.

Ce concert unique sous les étoiles souffle comme un vent de liberté venu d’Egypte et apporte un moment de spiritualité, de méditation et de paix dans un Festival souvent surchauffé. Une belle parenthèse !

Jean-Louis Blanc

Photo Nabil Boutros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN