« FANTASIA », LA DANSE JUBILATOIRE DE RUTH CHILDS

Ruth Childs, Fantasia

Lausanne, correspondance.

«Fantasia» de Ruth Childs – l’Arsenic-centre d’art scénique contemporain-Lausanne – Du 20 au 24 novembre 2019.

Ruth Childs commence très jeune la danse et le violon aux Etats-Unis et poursuit sa formation à Londres. Installée ensuite à Genève, elle travaille pour des chorégraphes comme Foofwa d’Imobilité, Gilles Jobin, La Ribot, Yasmine Hugonnet ou encore Marco Berrettini. Elle reprend par ailleurs les pièces que sa célèbre tante Lucinda lui a transmises. Avec cette création, elle revient sur ses premiers souvenirs musicaux, une sorte d’introspection, un retour aux sources de son désir de danser.

Les morceaux choisis font partie des oeuvres symphoniques écoutées avec sa famille à New York, de ceux que chacun porte en soi sans forcément savoir les nommer, de Tchaïkovski, Beethoven ou Dvorak. Utilisés tels quels ou modifiés. L’environnement sonore créé par Stéphane Vecchione inclut un ingénieux système permettant à la danseuse d’enclencher elle-même la musique par bribes.

Un plateau blanc et nu, un éclairage plein feu. Gisante, vêtue et coiffée de mauve, un lent éveil la conduit à la position assise, puis à des mouvements tournants, comme incités par cette plongée musicale et rythmique. Se mêlent peu à peu le son, l’action, la couleur.

Perruque et tunique blanche, émergeance d’une personne différente. On l’entend respirer, presque un râle, un souffle douloureux, une aspiration qui fait naître la musique. Puis c’est le geste agissant sur le corps qui la produit : pincements, frottements, secousses. Silences. Un orchestre s’accorde, tel une adolescence, tel un prélude corporel. Et que valsent le corps et les expressions du visage: Joie, tristesse, peur, mélancolie, angoisse, plaisir, colère… pour enfin découvrir la saveur des saluts.

Alors, le ton change. Non pas celui de la musique, ni celui de la chorégraphie. Une onde stationnaire la traverse et elle reprend en blanc, vert, rouge, et finalement noir, la traversée diagonale en pas et en déboulés. La danse, c’est répéter encore et encore, mûrir et vibrer toujours.

«Fantasia» est aussi le titre du dessin animé de Walt Disney. Innovant pour l’époque (1940), il proposait, entres autres audaces, des interprétations animalières que ne se prive pas d’évoquer Ruth Childs avec humour.

Dans cette première création en solo, Ruth Childs, revisitant certains traits de la danse de ballet, ose une transcription contemporaine jubilatoire sur de la musique classique. Elle se remémore et dépoussière, cherchant et retrouvant des sensations primales, des mouvements enfouis, un plaisir spontané. Et par ce déploiement de générosité, on se surprend à avoir envie de galoper sur ses traces.

Martine Fehlbaum,
à Lausanne

Image copyright Marie Magnin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives