HOU ZICHAO,’EVERLASTING’, DOWNS & ROSS NEW YORK

HOU ZICHAO – Everlasting – Downs & Ross Gallery New York – Mar 24 – May 01, 2021 – Opening Reception: Wednesday, March 24, 11am-7pm.

The curtain rises on yet another allegory to reveal a lifeworld beset with problems shocking in their undead, nearly non-invasive familiarity. Lipstick, tree moss, granite. Doses of things and doses of people – they are enshrined in self-same communities of sense; our shared viewpoint is our not knowing.

Painting’s ponderous elisions: the conversion of objects into raw materials belies that pictures are always objects. If painting, like a collage that is always already its false bottom, is never totally itself, its chief quality is a loss of distinction – a terrain of plastiglomerates – a coalition of indurated rock and singed plastics. A sirloin marbled through with the absence of identifying particulars, a mushroom mushrooming. Both enshrined or entombed in the syntax, that continental palette, of paint straight, as though lifted on its hind-legs, from the tube.

Call it a political economy of taste. Then cross it out, the way cubism is never just a diagram with its back to the world. While painting is a recipe for variable relationships between inside and outside, the presence of escape lofts onto the ten wings of apophenia. Probability is the busiest of networkers, an avalanche of doubt broadcasts doubly as calmly-alerted curiosity. Painting’s hieroglyphic muteness gives it advantages over the spoken word from the bay windows of a cliff-side chalet – that off-modern, not-quite-right imagery of leisure.

One crosses from one side to the next – a divisibility as thin as the nervous edge of a rat’s whiskers – weighted with oils, fruitful, ascendant. Like clockwork, the measurable difference between possibility and chance sniffs at an anti-anthropomorphic cartography; the ideological production of the era reassessed to relieve or relive boundlessness as mise-en-scene, forgetting that vespertine work of mise en place. A jungle of exchangeabilities sways wind-sweeper arcs between hexagrams and plump zeros: macro-pointillist dots of big-data divination in a machine producing its own assumptions. The general law of obedience to the course of things, to rigid proprieties dangling a ladder of yarrow stalks, seeds false antinomies. The true character of the negative is play, and where painting is a parked domain beginning to blossom, they say a xenoeconomy is a sober sobriquet for a suddenly reached end.

Colors pulse their juicy intervals of jade, coke, lead – wavelengths measured with moon launch precision. You call this a dead ringer and very picture of capital’s caricatural inorganicism. A key feature of the model: graven images are seldom calligraphic; you never travel without these elaborately cunning, graphic proxies for language. We find different ways of entering and inflecting ponderous elisions – the conversion of objects into raw materials belies that pictures as inveterate objects. Acknowledging still lives as the poetics of shape, chameleons and taimen demand different forms of attention. Banana republics, banana plutocrats, where it never rains.

When an ideological matrix asks us to genuflect for grandeur and contingency at once, we recognize disease as a state of health, vacation as sacrament. Mezzotint off the old block; atlas of a life lived in the snowdrift of half tones. A lace of peach leaves, the splay and spray of everlastings. No more is needed – all sign and no territory, the place you break bread from binary, and pause just so.

Hou Zichao (b. China, 1988) lives and works in Beijing. Solo exhibitions include: “Everlasting,” Downs & Ross, New York, New York (2021); “No Time for Romance,” Mine Project, Hong Kong (2020); “Light Breaks Where No Sun Shines,” Boers-Li Gallery, Beijing (2019); “FOUNTAIN,” AOMA, YT Creative Media, Beijing (2018); “Ray. Stone. Wave,” Aura.a Gallery, Shanghai (2017). Hou Zichao’s works and projects have been presented in group exhibitions including, “CLEAN,” SPURS Gallery, Beijing (2020); “LOVE LOVE LOVE: Intimate,” Today Art Museum, Beijing (2018); “Elite Young Artists Program,” Rightview Art Museum & Guan Shanyue Art Museum, Beijing & Shenzhen (2016). The artist completed his BA Honors degree from Central Saint Martins College of Art & Design, London, in 2013, and earned his Master’s degree form Chelsea College of Art and Design, London, in 2014.

___________________

Le rideau se lève sur une autre allégorie pour révéler un monde de vie assailli de problèmes choquants dans leur familiarité non-mortelle, presque non invasive. Rouge à lèvres, mousse d’arbre, granit. Des doses de choses et des doses de personnes – elles sont enchâssées dans les mêmes communautés de sens ; notre point de vue commun est notre ignorance.

Les lourdes élisions de la peinture : la transformation des objets en matières premières dément que les images sont toujours des objets. Si la peinture, comme un collage qui est toujours déjà son faux fond, n’est jamais totalement elle-même, sa principale qualité est une perte de distinction – un terrain de plastiglomérats – une coalition de roches indurées et de plastiques brûlés. Un faux-filet marbré par l’absence de particularités identifiantes, un champignon qui champignonne. Tous deux enchâssés ou enterrés dans la syntaxe, cette palette continentale, de la peinture directement sortie du tube, comme si elle avait été soulevée sur ses pattes arrière.

Appelez cela une économie politique du goût. Puis rayez-la, comme le cubisme n’est jamais qu’un diagramme qui tourne le dos au monde. Alors que la peinture est une recette pour des relations variables entre intérieur et extérieur, la présence de l’évasion se loge sur les dix ailes de l’apophénie. La probabilité est le plus actif des réseaux, une avalanche de doutes est diffusée doublement comme une curiosité calmement alertée. Le mutisme hiéroglyphique de la peinture lui confère des avantages par rapport à la parole, depuis les baies vitrées d’un chalet à flanc de falaise – cette image de loisir hors du temps, pas tout à fait correcte.

On passe d’un côté à l’autre – une divisibilité aussi fine que le bord nerveux des moustaches d’un rat – lesté d’huiles, fécond, ascendant. Comme une horloge, la différence mesurable entre la possibilité et le hasard renifle une cartographie anti-anthropomorphique ; la production idéologique de l’époque est réévaluée pour soulager ou revivre l’illimité comme mise en scène, oubliant ce travail vespertinent de mise en place. Une jungle d’échangeabilités fait osciller des arcs de balayage entre des hexagrammes et des zéros dodus : des points macro-pointillistes de divination par les big data dans une machine produisant ses propres hypothèses. La loi générale de l’obéissance au cours des choses, aux convenances rigides qui se balancent sur une échelle de tiges d’achillée, sème de fausses antinomies. Le véritable caractère du négatif est le jeu, et là où la peinture est un domaine parqué qui commence à s’épanouir, on dit qu’une xénoéconomie est un sobre sobriquet pour une fin soudainement atteinte.

Les couleurs pulsent leurs intervalles juteux de jade, de coke, de plomb – des longueurs d’onde mesurées avec une précision de lancement lunaire. Vous appelez cela une ressemblance mortelle et très imagée de l’inorganisme caricatural du capital. Une caractéristique essentielle du modèle : les images gravées sont rarement calligraphiées ; on ne voyage jamais sans ces substituts graphiques du langage, très astucieux. Nous trouvons différentes manières d’entrer et d’infléchir les élisions pesantes – la conversion des objets en matières premières dément que les images soient des objets invétérés. Reconnaissant les natures mortes comme une poétique de la forme, les caméléons et les taimens exigent différentes formes d’attention. Républiques bananières, ploutocrates bananiers, là où il ne pleut jamais.

Lorsqu’une matrice idéologique nous demande de faire une génuflexion à la fois pour la grandeur et la contingence, nous reconnaissons la maladie comme un état de santé, les vacances comme un sacrement. Mezzotint de l’ancien bloc ; atlas d’une vie vécue dans la neige des demi-teintes. Une dentelle de feuilles de pêcher, l’évasement et la gerbe de fleurs persistantes. Il n’en faut pas plus – tout signe et aucun territoire, l’endroit où l’on rompt le pain du binaire, et où l’on s’arrête juste comme il faut.

Hou Zichao (né en Chine en 1988) vit et travaille à Pékin. Ses expositions personnelles comprennent « Everlasting », Downs &amp ; Ross, New York, New York (2021) ; « No Time for Romance », Mine Project, Hong Kong (2020) ; « Light Breaks Where No Sun Shines », Galerie Boers-Li, Pékin (2019) ; « FOUNTAIN », AOMA, YT Creative Media, Pékin (2018) ; « Ray. Stone. Wave », Galerie Aura.a, Shanghai (2017). Les œuvres et les projets de Hou Zichao ont été présentés dans des expositions collectives, notamment « CLEAN », SPURS Gallery, Pékin (2020) ; « LOVE LOVE LOVE : Intimate « , Today Art Museum, Pékin (2018) ;  » Elite Young Artists Program « , Rightview Art Museum &amp ; Guan Shanyue Art Museum, Pékin &amp ; Shenzhen (2016). L’artiste a obtenu son diplôme de BA Honors du Central Saint Martins College of Art &amp ; Design, Londres, en 2013, et a obtenu son Master du Chelsea College of Art and Design, Londres, en 2014.

Image: Hou Zichao, Hole sells the mind, flickering Kanas Lake, mountain reservoir, 2021. Acrylic on linen, 19 1/2 × 15 3/4 inches / 50 × 40 cm – copyright the artist – courtesy Downs & Ross New York.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives