2062 : ALLER-RETOUR VERS LE FUTUR

Une exposition à la Gaîté Lyrique, Paris.

La Gaîté Lyrique propose un aller-retour vers le futur avec l’exposition 2062; elle fête de cette façon son bicentenaire avec cinquante ans d’avance.

Ouverte en 1862, l’immense salle de la rue Papin qui l’abrite aujourd’hui était alors une salle de théâtre à l’italienne consacrée notamment à l’opérette et au théâtre contemporain. Elle a toujours accueilli des formes artistiques liées au spectacle vivant, à la performance, au cirque ou encore à la musique. Aujourd’hui, elle présente une programmation pluridisciplinaire articulée autour des cultures numériques.

Quatre thèmes sont abordés dans cette exposition « futuriste »: l’identité, le corps, les ruptures et le repos. Parmi les différentes oeuvres, les images du collectif Pleix sont sûrement les plus marquantes: grâce à des installations vidéo, le collectif nous propose un portrait de notre société contemporaine de surconsommation. Les hommes, toujours plus nombreux, accumulent, tels des fourmis, quantité de loisirs de masse sans arriver à sortir de leur solitude existentielle. Parmi ces vidéos, HFCS est l’une des plus hypnotiques: une allégorie de l’industrie alimentaire qui nous rappelle, en version édulcorée et ludique, Le 120 giornate di Sodoma de Pier Paolo Pasolini, où des jeunes sont obligés à manger des excréments. Malgré une production critique,une visite de leur site internet (http://pleix.net) réserve une surprise plutôt décevante, à savoir que Pleix conjugue sa critique à une activité publicitaire pour de grandes marques.

Plus loin, on découvre, à condition de se munir d’une lampe torche, une frise de François Olislaeger. L’exposition  se transforme ainsi en une expérience intimiste où le visiteur devient l’explorateur d’une grotte préhistorique avec des peintures rupestres. Le dessin, une bande dessinée en noir et blanc, s’accompagne d’un montage sonore fait de témoignages de personnes invitées à imaginer  la vie telle qu’elle serait dans 50 ans. 

A la fin de l’exposition, on trouve une expérience singulière imaginée par Michel Reilhac (directeur du cinéma d’ARTE France): le sous-marin. Pendant 48 heures, 70 volontaires resteront enfermés dans la grande salle de la Gaité Lyrique sans aucune communication avec l’extérieur et coupés de tout repère temporel. Cette expérience, qui fait écho à des expériences scientifiques réelles, vise à identifier ce qu’il reste de notre perception du temps lorsque nous sommes privés d’instruments de mesure. Dommage que les billets soient déjà tous épuisés.

Camilla Pizzichillo

2062 Aller – Retour vers le futur / Expo, performances, concerts, projections et théâtre / A la Gaîté Lyrique jusqu’au 25 mars 2012 / 3 bis rue Papin 75003 PARIS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

    Art Art Bruxelles Art New York Art Paris Art Venise Biennale de Venise Centre Pompidou Danse Festival d'Automne Festival d'Avignon Festivals La Biennale Musiques Palais de Tokyo Performance Photographie Théâtre Tribune
  • Archives