PASCAL RAMBERT : « MEMENTO MORI » AU T2G FIN MARS

143-memento_mori_2_photo_marc_domage[1]

Memento Mori : Pascal Rambert / Yves Godin / T2G, Gennevilliers  / du 27 mars au 6 avril 2013.

Après le festival les Hivernales d’Avignon, c’est au tour du T2G à Gennevilliers d’accueillir le superbe « Memento Mori » de Pascal Rambert et Yves Godin, à partir du 27 mars prochain.

Memento Mori s’ouvre sur des images vacillantes de ce qui aurait pu précéder tout mouvement sur terre, aussi loin que l’imagination puisse remonter. Sur scène, cinq corps comme s’ils venaient tout juste d’éclore, totalement vierges d’habitudes, d’histoire et de réflexes. Un spectacle qui parle de vie terrestre, de jeunesse innocente.

« Memento Mori est une pièce païenne, dionysiaque. Je me suis rappelé de La naissance de la tragédie de Nietzche que jʼavais lu à 20 ans, quand je commençais à faire du théâtre, cʼest un livre que jʼai tellement aimé. Nietzche y montre comment sʼopposent lʼapollinien et le dionysiaque, dʼun côté le beau corps, de lʼautre le grotesque, le sperme, les queues énormes, les fruits, le vin. Contrairement aux pièces hyper clean et réduites à lʼessence que je fais depuis un moment, jʼai envie de faire une pièce sur le débordement où chaque chose va naître dans la vérité en fonction de la précédente. De la nudité, de la lenteur va sortir un moment de plaisir, de ce moment de plaisir va sortir un moment dʼinquiétude et de ce moment dʼinquiétude reviendra le calme.

Memento Mori n’a pas de sujet sinon le mouvement lui-même. Ou encore si possible avant le mouvement lui-même. Je veux dire encore avant. Au tout début. Avant que ça bouge. Avant que ça apparaisse. On pourrait imaginer ça : avant le mouvement. Avant même qu’on voit quoi que ce soit. On écouterait. On entendrait bien que ça gronde que ça arrive de loin et ça arriverait : nus. On imaginerait tout ce qu’on a en soi : toutes ces images qu’on porte en soi, qui nous appartiennent, mais qui appartiennent en fait déjà au haut Aurignacien encore avant ? A un monde prélapsaire. Nu. Avant la chute. Avant la faute. Est-ce que ça danse les images sur les grottes ? Est que ça danse les mains sur les grottes ? Oui. Avec la lumière ça danse. — Pascal Rambert

Avec les cinq performeurs, dans cette forme en écriture instantanée, nous fabriquons des visions plus que des images. Les règles entre nous sont minimes et complexes, passent très peu par le langage. Nous produisons un dispositif vivant de révélation, une rampe à bascule entre le sacré et le photographique, apparition – exposition – impression – révélation. Notre œil en porte de saloon entre l’intime et l’universel, nous carburons à l’histoire de l’humanité, à celle de l’art, à celle propre à chacun de nous, personnelle, entre vie et mort, jour et nuit, peur et béatitude. » — Yves Godin

[27, 29 mars, 3, 5, 6 avril à 20h30] [28 mars, 2, 4 avril à 19h30] Durée : 1h.

memento4[1]

Photos copyright Marc Dommage

Comments
2 Responses to “PASCAL RAMBERT : « MEMENTO MORI » AU T2G FIN MARS”
  1. Lorsque l’auteur avoue qu’il n’est pas chorégraphe et qu’il ne faut pas chercher de sens dans sa pièce, lorsque 45 des 50 minutes de « l’oeuvre »(?) se déroulent dans le noir absolu avec quelques ombres saccadées qui passent lentement, que ce noir intense vous rend prisonnier de la salle, il est difficile d’y voir quelque chose de « superbe ». Mieux vaut donc garder vos euros pour autre chose.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

    Art Art Bruxelles Art New York Art Paris Art Venise Biennale de Venise Centre Pompidou Danse Festival d'Automne Festival d'Avignon Festivals La Biennale Musiques Palais de Tokyo Performance Photographie Théâtre Tribune
  • Archives