PAVILLON VIRTUEL : RAPHAËLLE DE GROOT REPRESENTE LE QUEBEC A LA BIENNALE DE VENISE ?

De_Groot_Porter[1]

Correspondance à Montréal.
FOCUS : Raphaëlle De Groot, artiste performer québécoise / « En exercices vénitiens », le 30 mai en preview de La Biennale / 55e Biennale de Venise / du 1er juin au 24 novembre 2013.

Raphaëlle de Groot va représenter le Québec à la Biennale de Venise.

Bon, j’en conviens, l’affirmation qui précède demande à être raffinée. Car il est vrai que ce sont les pays seuls qui sont invités à choisir celui ou celle qui les représentera dans le pavillon dont ils sont responsables et propriétaires. Donc, Raphaëlle de Groot ne peut pas représenter le Québec à la Biennale de Venise. Mais elle y sera et y exposera de ses œuvres. Bon, là, encore une fois, il faut préciser. Puisque le Québec n’a pas son pavillon comme le Canada a le sien, Raphaëlle de Groot ne peut pas réellement exposer sur le site des Giardini. Elle aurait pu le faire dans l’ex-chantier naval de l’Arsenale, sur lequel la Biennale a fini par déborder en 1999, mais elle ne le fera pas. Elle se livrera plutôt à une performance, du type de celle à laquelle elle nous a déjà habitués en 2006 dans son exposition de la Galerie de l’UQAM, intitulée En exercice. D’ailleurs, cette nouvelle mouture, spécialement pensée pour la Biennale, porte le titre de En exercices vénitiens. Et cette fois comme la précédente, c’est Louise Déry qui en assumera le commissariat.

Récipiendaire de la Bourse Pierre-Ayot, en 2006, décernée à un artiste en début de carrière, du prix Sobeys 2012, remis à un artiste prometteur de moins de 40 ans, Raphaëlle de Groot a développé une esthétique montrant deux versants complémentaires. Le premier consiste en des incursions dans des communautés spécifiques (religieuses, non-voyants, aides domestiques, ouvriers du textile) où elle s’adonne à la collecte de données et à la réorganisation de matières existantes, prélevant des traces à l’aide d’objets sans intérêt apparent. Elle les valorise par l’attention particulière qu’elle attire sur eux dans cette relocalisation et cette réutilisation hors-cadre. Ainsi fonctionne son Poids des objets, alors qu’elle expose des objets colligés au cours d’expositions antérieures et dont la collecte s’est faite à partir d’appels à la communauté lancés lors de chacune des expositions. Archivés, gardés sous forme d’images, utilisés lors de performances alors qu’elle s’en leste, ils peuvent tout aussi bien former une installation spécifique ou être intégrés à une œuvre photographique.

L’autre versant de sa pratique artistique consiste en des performances conduites sous des contraintes que l’artiste s’impose à elle-même. Aveuglée, surchargée, handicapée dans ses gestes et dans sa progression, l’artiste vit une perte de contrôle et une dépossession d’elle-même. La création se montre alors sous son aspect de tâtonnements et de ‘’démaîtrise’’, forçant l’artiste à tout de même créer alors qu’elle est en déséquilibre complet. C’est ainsi qu’elle compte procéder à Venise, de son point de départ sur le site des Giardini jusqu’à un point d’arrivée auquel elle parviendra à la fin de sa déambulation affligée, voyageant en partie au moyen d’une gondole. ‘’C’est la première fois, dit-elle, que je me livrerai à une performance aussi longue. Elle sera livrée en 3 phases, dont chacune fera bien une heure.’’ Dans un premier temps, l’artiste s’emballera jusqu’à l’inconfort, se transformant du coup en figure sculpturale qu’elle constituera à l’aveugle. Puis, ce sera la déambulation qui l’amènera, à tâtons, jusqu’à une gondole, aidée en cela, espère-t-elle, comme en la première phase, par des interventions d’un public cherchant à deviner son itinéraire. ‘’Là, précise-t-elle, je serai dans un état, voulu, recherché, de dérive et de désorientation.’’ Puis, enfin arrivée dans la gondole, elle parcourra la cité, sorte de sculpture mouvante, suivant un trajet qui la montrera en apparitions dans des lieux choisis pour mettre l’œuvre en valeur.

La performance aura lieu le 30 mai, dans le cadre des journées consacrées aux professionnels du milieu et journalistes, alors que la Biennale n’ouvrira ses portes au public que le 1er juin. Le tout sera filmé par des membres de l’équipe qui accompagne Raphaëlle de Groot, en prévision de la réalisation d’une vidéo documentaire.

L’idée d’une participation du Québec à la Biennale de Venise n’est pas nouvelle. Mais c’est Louise Déry qui en a enfin pris l’initiative. Elle a déjà été la commissaire de l’exposition de David Altmejd en 2007, alors que celui-ci représentait le Canada dans le pavillon canadien et que la Galerie de l’UQAM organisait l’événement, évidemment soutenue pour ce faire par le Conseil des Arts du Canada. Mais, depuis 2011 et encore cette année, c’est au seul Musée des Beaux-Arts du Canada qu’incombe la responsabilité de constituer un comité de sélection mandaté pour choisir l’artiste représentant le Canada. Plus question que d’autres institutions, musées, galeries ou centres d’artistes, puissent s’associer à un commissaire pour proposer un artiste à un comité supervisé par le Conseil des Arts du Canada. La directrice de la Galerie de l’UQAM a donc résolu de contourner cette difficulté en faisant appel au Conseil des Arts et des Lettres du Québec pour l’obtention d’un soutien financier lui permettant de soumettre le travail de cette jeune artiste québécoise à l’attention internationale. Non seulement le Conseil a-t-il réagi favorablement à cette demande, mais il compte bien utiliser cette opportunité comme rampe d’essai, afin d’évaluer si l’expérience mérite d’être répétée.

Cette idée d’une participation de Raphaëlle de Groot à la Biennale de Venise, Louise Déry l’avait en tête depuis un certain temps. ‘’.Je l’imaginais, toute baroque et emberlificotée, masquée comme le sont ceux qui célèbrent pendant le festival de Venise, avoue-t-elle, larguant des restes dans une ville qui s’effrite elle-même peu à peu, enroulée dans des bandes comme l’est la Sérénissime dans ses canaux.’’

Sylvain Campeau

raphaelle-de-groot[1]

Raphaëlle De Groot : « Porter » / Copyright R. De Groot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

    Art Art Bruxelles Art New York Art Paris Art Venise Biennale de Venise Centre Pompidou Danse Festival d'Automne Festival d'Avignon Festivals La Biennale Musiques Palais de Tokyo Performance Photographie Théâtre Tribune
  • Archives