NOUVELLES VAGUES, AU PALAIS DE TOKYO : OPENING 20 JUIN

toilet-paper-maurizio-cattelan-pierpaolo-ferrari-13[1]

NOUVELLES VAGUES : 21 JUIN – 9 SEPTEMBRE 2013 / Palais de Tokyo et divers lieux, Paris / vernissage jeudi 20 juin

Après « Soleil froid », le Palais de Tokyo expérimente à nouveau et entraîne avec lui une trentaine de galeries et lieux d’art dans tout Paris pour rendre manifeste l’émergence de la figure du curateur. Au Palais de Tokyo, « Nouvelles vagues » est une grande manifestation composée par 21 jeunes curateurs ou groupes de curateurs internationaux (13 nationalités), sélectionnés par un jury parmi plus de 500 candidatures.

Cette saison transforme le Palais de Tokyo dans son intégralité et se diffuse dans toute la ville, en révélant les artistes, les idées et les situations pour lesquels s’engagent ces nouveaux professionnels. Grâce au Comité professionnel des galeries d’art, cet événement est complété par l’implication de plus d’une trentaine de lieux dans la capitale. Ils s’associent au Palais de Tokyo et invitent chacun dans leurs espaces un jeune curateur à concevoir une exposition. Cette cinquantaine de propositions constitue un moment inédit dans la vie artistique à Paris, et ouvre un nouveau regard sur les pratiques de l’art aujourd’hui.

Cette manifestation est l’occasion de soulignerl’émergence de cette nouvelle figure du curateur quis’épanouit au plus près des artistes. Ce personnage, souvent indépendant, qui invente des expositions à travers le monde, n’est ni galeriste ni conservateur, il échappe aux règles académiques, comme à celles du marché de l’art ou aux codes de l’institution. C’est un franc-tireur, un amateur du hors-piste, un nomade à la recherche de dépaysement poétique, politique et esthétique.

Seul ou en groupe, ce curateur débusque l’inédit et crée des dispositions temporaires où des artistes d’horizons divers sont rassemblés autour d’un propos, d’une idée, d’une vision. Il n’est plus l’interprète d’un moment ou d’un mouvement, ni le garant ou le théoricien d’un nouveau chapitre de l’Histoire de l’art, il est d’abord en compagnonnage avec les artistes, heureux d’inventer et d’expérimenter auprès d’eux.

De Félix Fénéon à Clement Greenberg, le 20ème siècle a connu l’apogée du critique d’art, magnifiquement incarné en France par Pierre Restany. Puis a émergé dans les années 1970-1980 avec Harald Szeemann, Germano Celant ou Jean-Hubert Martin, la figure
du « faiseur d’expositions ». Depuis, ils se sont multipliés, portés par une nouvelle vague d’inventivité, d’indépendance et d’audace. À l’instar d’Hans Ulrich Obrist ou Klaus Biesenbach, ils se font souvent appeler en français « curateurs », mot qui viendrait de l’anglais to care / prendre soin, plutôt que « commissaire ».

Aujourd’hui, « Nouvelles vagues » témoigne de cette transformation de l’écosystème de l’art. Après « Soleil froid », le Palais de Tokyo expérimente à nouveau et entraîne avec lui une trentaine de galeries et lieux d’art dans tout Paris pour rendre manifeste l’émergence de la figure du curateur. Au Palais de Tokyo, « Nouvelles vagues » est une grande manifestation composée par 21 jeunes curateurs ou groupes de curateurs internationaux (13 nationalités), sélectionnés par un jury parmi plus de 500 candidatures.

Cette saison transforme le Palais de Tokyo dans son intégralité et se diffuse dans toute la ville, en révélant les artistes, les
idées et les situations pour lesquels s’engagent ces nouveaux professionnels. Grâce au Comité professionnel des galeries d’art, cet événement est complété par l’implication de plus d’une trentaine de lieux dans la capitale. Ils s’associent au Palais de Tokyo et invitent chacun dans leurs espaces un jeune curateur à concevoir une exposition. Cette cinquantaine de propositions constitue un moment inédit dans la vie artistique à Paris, et ouvre un nouveau regard sur les pratiques de l’art aujourd’hui

Le jury est composé de : Hans Ulrich Obrist (Codirecteur, Serpentine Gallery), Massimiliano Gioni (Directeur associé et curateur, New Museum), Jens Hoffmann (Directeur adjoint, Jewish Museum, New York), Jean-Hubert Martin (Commissaire d’expositions indépendant), Xavier Franceschi (Directeur, Frac Ile-de-France), Colette Barbier (Directrice, Fondation d’entreprise Ricard), Fabienne Leclerc (Comité professionnel des galeries d’art), Alain Reinaudo (Institut français), Jean de Loisy (Président du Palais de Tokyo) et les curateurs du Palais de Tokyo.

Signalons également l’installation sur les façades du Palais de Tokyo de Maurizio Cattelan et de son « Toiletpaper ».

Visuel : « Toiletpaper », extrait de la revue de Maurizio Cattelan.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives