FREDERIC DELIAS, « @3 SLEEPING BEAUTY » AU FESTIVAL ETRANGE CARGO

img_4823_alban_van_wassenhove

Frédéric Delias, « @3 : Puppets » & « @2 Sleeping Beauty » / Festival Etrange Cargo /la Ménagerie de Verre.

@ est une expérimentation de la compagnie Le Clair obscur, dirigée par Frédéric Delias, qui tente de sonder les connexions de matière et de forme qui peuvent se créer à l’interface entre l’art des corps et les nouvelles technologies. A l’intérieur du navire blanc de la Ménagerie de Verre dans le XIème arrondissement parisien, le festival Etrange Cargo nous a permis de visiter deux parties de cette création in progress en quatre temps et autres modules.

Du 25 au 29 mars 2014, tandis que @2 : Sleeping Beauty nous mettait en contact avec une belle endormie par l’intermédiaire d’un compte facebook, @3 : Puppets nous a présenté deux danseurs dirigés par un ordinateur dans une esthétique électronique choc. Cette installation et ce spectacle sont comme deux visions anticipatrices où se croisent les mutations sociales et personnelles engendrées par le web, entre l’intime, le biologique ou le niveau neuronal. Dans les deux cas, une question : que peut faire le corps humain alors qu’il est sous l’emprise de la machine et quelles nouvelles potentialités ce contrôle peut-il créer ?

Dans @3 : Puppets, les deux danseurs se collent des capteurs électromagnétiques par lesquels la machine transmet à leurs muscles relâchés des impulsions automatiques. Un miroir incliné au-dessus de la scène offre une profondeur de champ en même temps d’un écran de projection retransmettant de façon visuelle « la voix » de l’ordinateur. Nous sommes tout d’abord choqués de voir le corps de ces performeurs se convulser sous les rythmes électriques. Cela rappelle des images que l’on voudrait avoir oubliées et qui heurtent notre conception commune de la liberté humaine – la mort sur chaise électrique aux Etats-Unis ou bien la torture sous le IIIème Reich.

Puis peu-à-peu les capteurs se décollent et les danseurs continuent leur danse diabolique. Alors que l’ordinateur continue son ballet de flashs de lumière blanche et rouge, les corps se dénouent pour entrer dans un automatisme feint. L’humanité a transformé ses codes au contact de la machine et peut repartir à la conquête d’un monde mutant. Les images qui se forment alors sont parfois d’une beauté brutale. Ils font écho à une poésie vespérale. Un peu comme dans @2 : Sleeping Beauty, où le corps cryogénisé de la performeuse fait appel à des images de monde fantôme, nous sommes mis au contact d’un avenir que nous redoutons qu’il soit présent.

L’univers que Frédéric Delias créé à travers ce projet en plusieurs temps convainc car il créé du sens et des images fortes. Il fait surgir, déclinés sous plusieurs modules, les angoisses que l’espèce humaine traîne avec elle depuis que la révolution numérique, cette « IIIème révolution industrielle », a envahi nos vies. Si l’on regrette un peu son aspect « work in progress », cette création est tout de même l’une des seules à se défaire du côté gadget de la technologie pour l’intégrer à un processus plus large de questionnement social et esthétique.

Quentin GUISGAND

@3 : Puppets sera joué le 20 juin au Festival Bains numériques à Enghien-les-Bains.
@2 : Sleeping Beauty sera présenté au MAPPING Festival à Genève en mai 2014

copyright photo : Alban Van Wassenhove

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives