AVIGNON : ALORS QU’IL DOIT OUVRIR VENDREDI, LE FESTIVAL RETIENT SON SOUFFLE

avignon

68e FESTIVAL D’AVIGNON : du 4 au 27 juillet 2014.

Avignon est suspendue. La ville toute entière, plutôt animée habituellement en ces derniers jours précédant l’ouverture du festival, est cette année comme en suspens, attendant avec anxiété et une certaine philosophie le couperet intermittent.

Alors que l’ouverture est programmée pour vendredi 4 juillet avec, dans la Cour, l’emblématique Prince de Hombourg, mis en scène par Georgio Barberio Corsetti -clin d’oeil à l’historique pièce de Kleist montée par Jean Vilar avec Gérard Philipe dans la même Cour d’Honneur- la CGT spectacle a d’ores et déjà appelé à une « grève massive » pour ce jour d’ouverture, suivie d’un préavis de grève pour tout le mois de juillet…

Malgré les nombreux appels d’artistes ou de professionnels à préserver les événements de l’été, le conflit des intermittents du spectacle perdure donc, faisant peser une lourde menace sur le festival international, même si l’annulation totale ne semble pas être le scénario choisi, l’option de perturbations ciblées lui ayant été semble t-il préférée.

Olivier Py a déclaré qu’il n’annulerait le festival à aucun prix. Ainsi s’exprime t-il dans le Journal du Dimanche : «sacrifier Avignon ne servirait à rien». De son côté, Aurélie Filippetti a une fois de plus appelé les intermittents à ne pas empêcher les festivals d’été et singulièrement celui d’Avignon, dans une lettre ouverte publiée ce jour dans Le Monde.

D’après Denis Gravouil, le secrétaire général de la CGT spectacle -syndicat minoritaire chez les intermittents-, le festival «n’aura pas lieu tranquillement. Il aura lieu selon des formes qui seront décidées par les gens qui y travaillent». Bref, la pression demeure, l’équipe du festival devant annoncer sa position dans un point presse à la FabricA mardi midi.

Cependant, l’importance d’un vote contre la grève demeure purement virtuelle, comme ce fut le cas à Aix-en-Provence en 2003, ou encore à Montpellier cette année avec le spectacle de Prejlocaj programé au festival Montpellier Danse, finalement annulé malgré un vote contraire… Une minorité de techniciens grévistes peut toujours perturber les représentations, au gré de l’humeur militante, alors même que la majorité aurait dit non à la grève.

La situation est donc périlleuse, et personne ne peut dire vraiment ce qu’il adviendra de ce 68e Festival, décidément bien mal engagé…

MR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

    Art Art Bruxelles Art New York Art Paris Art Venise Biennale de Venise Centre Pompidou Danse Festival d'Automne Festival d'Avignon Festivals La Biennale Musiques Palais de Tokyo Performance Photographie Théâtre Tribune
  • Archives