« FOCUS VANVES » AUX TANNEURS, BRUXELLES : LES CHIENS DE NAVARRE, LUCAS BONNIFAIT, THOMAS FERRAND

chien-de-navarre

Correspondance à Bruxelles.
FOCUS VANVES au Théâtre Les Tanneurs/Bruxelles du 16 au 24 janvier 2015.
« Quand je pense qu’on va vieillir ensemble » (les Chiens de Navarre), « Affabulazione »(Lucas Bonnifait) et « Mon amour » (Thomas Ferrand).

Avec le collectif Les Chiens de Navarre c’est tout un programme ! C’est l’expression la plus totale de la folie ordinaire, de l’amour, des relations humaines comme on ne les montre jamais. L’envers du décors en somme. C’est très existant à voir et à vivre. C’est dérangeant et cela libère les têtes et puis les corps et tout le reste. C’est impayable et c’est bon !!!

Avec « Quand je pense qu’on va vieillir ensemble » leur 7ème production, il faut s’accrocher à son fauteuil car cela déménage ! Dès l’entrée du public, la bande son avec ses roulements de tambours, trompettes du Festival d’Avignon et les « hourras » en fond, donne la mesure de ce qui va se jouer devant nos yeux pendant plus d’une heure. C’est un théâtre vivant, fait de corps et de chair, d’esprit et de mots, drôle et farfelu, outrancier à souhaits, simplement jouissif !

Dans ce spectacle, Les Chiens de Navarre interrogent les relations humaines à travers différentes saynètes, où l’empathie se dispute au rire. Quoi de plus cruel qu’un stage de remise en condition pour chômeurs perdus pour la société du travail. Quoi de plus cruel en effet que ces méthodes hasardeuses de coaching qui tentent de faire sortir de soi le besoin de communication. On rit tellement de ces situations d’humiliation que l’on oublierait presque que tout cela est vrai ! Dérision des situations et pertinence de la dénonciation, voilà le travail théâtral de ces Chiens, nés d’une race bien rare aujourd’hui. On y voit aussi un couple qui s’aime et se dispute dans une bagnole sur l’autoroute, avec deux chiens à l’arrière du véhicule, banal me direz-vous mais tellement juste ou comment on s’échappe, on s’éloigne l’un de l’autre. Une autre facette, encore plus tendre que peuvent nous montrer ces Chiens de Navarre. Nous allons au fil du spectacle, de surprises en surprises. Le texte, même parfois improvisé, sonne clair et juste. Cette troupe, survoltée joue sa vie sous nos yeux, avec une telle précision que l’on retrouve tout l’amour d’un théâtre à la fois populaire, intelligent et drôle. Nous sommes conquis et pouvons nous abandonner tout entier.

Le Théâtre Les Tanneurs poursuit son focus avec « Affabulazione » de Paolo Pasolini dans une mise en scène de Lucas Bonnifait (théâtre La Loge). La disparition de la figure du père dans nos sociétés avec l’humour tragique de Pasolini et sons sens du théâtre et des tragédies. Un règlement de comptes dans la grande tradition du théâtre à texte.

Puis pour finir « Mon amour » de Projet Libéral mise en scène de Thomas Ferrand. « Mon amour » est une version hallucinée de Dom Juan de Molière. Une expérience sensible pour « un poème scénique explosif ». Il se situe aux frontières de la danse, du théâtre et des arts visuels les plus contemporains.

« Quand je pense qu’on va vieillir ensemble » 16 et 17 janvier à 20h30
« Affabulazione » les 20 et 21 janvier à 20h30
« Mon amour » les 23 et 24 janvier à 20h30

Philippe MABY
à Bruxelles

l1054012

Photos copyright Les Chiens de Navarre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives