TRIBUNE : LE BINÔME SECURITE-CULTURE DE RENZI

image1

Rome, correspondance.
TRIBUNE : Le binôme sécurité-culture de Renzi par Raja El Fani

Les attentats du 13 novembre à Paris et les mesures qui ont suivi ont des conséquences sur l’économie française. Le coût a été estimé à 2 milliards d’euros, et la société des spectacles Prodiss a réclamé 50 millions d’indemnités. La culture serait-elle en Europe le secteur de l’économie le plus touché (même indirectement) par les attaques terroristes et les mesures sécuritaires qui s’ensuivent?

Sur le front politique, l’Europe est en quête de palliatifs pour prévenir cette interdépendance entre sécurité et culture, comme le prouvent les nouvelles mesures de Renzi annoncées la semaine dernière, même si le Premier Ministre italien n’en a cueilli pour l’instant que la rhétorique.

Le double «bonus» de Renzi – deux milliards d’euros à partager entre sécurité et culture – n’est pas une aide à la création ni à la production culturelle mais plutôt une manière de canaliser une partie des dépenses publiques dans le secteur culturel et de garantir un taux minimum de revenu. Au mieux, cette consolidation budgétaire servira sans doute plus à maintenir la balance de la politique culturelle de Renzi stable, qu’à la culture en soi.

En attendant, à dix jours du début du Jubilée, Rome s’approvisionne en portiques de sécurité et se dépêche de les intégrer aux principaux monuments, ils sont en cours d’installation à l’entrée du Colisée et déjà bien visibles au Vatican à Saint-Pierre où ils sont intercalés dans la colonnade du Bernin. Une vision aussi kitsch qu’éloquente et qui montre comment la globalisation et le revers de sa médaille, le terrorisme, mettent fin d’une manière ou d’une autre à des siècles d’histoire. À Rome, la transition de l’antique métropole impériale, jusqu’ici imperméable aux changements et à la modernité, ne peut être que brutale (au niveau esthétique).

En Europe, nos monuments et nos musées sont les mecques du tourisme de masse plus que les emblèmes de nos idéaux culturels aujourd’hui. Les idéaux nationaux ont été englobés dans le lot des valeurs internationales communes qui ne sont pas encore énoncées. C’est cette suspension qu’on a pu constater à Paris dans le recours aux symboles d’unité lors des cérémonies officielles post-attentats. La Tour Eiffel en bleu blanc rouge est l’image d’un pléonasme culturel: n’est-elle pas aussi représentative de la France (sinon plus) que le drapeau tricolore français? A-t-elle perdu sa force symbolique dans un monde globalisé?

L’attaque du Bataclan, une salle de concert qui n’est pas du calibre de Bercy en capacité ni en sécurité et donc vulnérable, a été suivie d’autres attentats au Liban, au Mali puis en Tunisie tout aussi déstabilisants et révélateurs. Ces graves évènements confirment que les valeurs libérales visées par les islamistes sont les mêmes partout où on aspire (théoriquement) à la démocratie aujourd’hui, et qu’il faut une fusion culturelle et un ralliement militaire plus amples.

Le moment n’est pas encore venu: les nombreuses campagnes de mobilisation en France au lendemain des attentats ont tenté maladroitement de s’approprier ces valeurs (désormais globales) comme si elles n’étaient que françaises, vite revendiquées par des citoyens d’autres cultures et d’autres pays que la France.

Raja El Fani

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN