ANSELM KIEFER, RETROSPECTIVE, CENTRE POMPIDOU PARIS

kiefer2

Anselm Kiefer / Centre Pompidou, Galerie 1 – niveau 6 / 16 décembre 2015 – 18 avril 2016.

Grande monographie Kiefer au Centre Pompidou avec un ensemble emblématique de l’oeuvre de l’artiste allemand. L’exposition concentre cent cinquante pièces sur plus de 2000 m2, avec un choix impressionnant de peintures « historiques », plus de soixante oeuvres ayant marqué le parcours de l’artiste, ainsi qu’une installation, des vitrines d’objets et ses livres d’artiste.

Organisée en une suite de salles thématiques correspondant à des espaces / temps spécifiques, l’exposition réunit un ensemble exceptionnel des tableaux les plus emblématiques d’Anselm Kiefer, qui ont émaillé sa carrière : des œuvres comme Resurrexit (1973), Quaternität (1973), Varus (1976), Margarete (1981) et Sulamith (1983) ou encore Für Paul Celan : Aschenblume (2006) sont les tableaux « charnières » des diverses problématiques à l’œuvre : la question de l’histoire allemande, la réactivation de la mémoire, la dialectique de la destruction et de la création, le deuil de la culture juive. L’univers plastique d’Anselm Kiefer s’est ensuite ouvert à partir du début des années 90 à d’autres systèmes de pensées telles que la kabbale ou l’alchimie venant enrichir et rediriger les questionnements fondamentaux de l’artiste.

Pour ce projet, l’artiste a produit au cours de l’année 2015, un ensemble d’une quarantaine de « vitrines » sur les thèmes de l’alchimie et de la Kabbale, pour lesquels il est allé puiser dans une « réserve de possibles », un arsenal d’objets en attente de rédemption. Sous verre, ces environnements mettent en jeu l’univers disloqué et saturnien d’un âge industriel révolu : vieilles machines, morceaux de ferrailles rouillées, plantes, photographies, bandes et objets de plomb ; loin des cabinets de curiosités, c’est le mystère de leur présence que l’artiste met en exergue, l’émission d’une lumière de mystère propre à l’alchimie.

L’œuvre d’Anselm Kiefer invite le visiteur, avec une singulière intensité plastique et visuelle, à découvrir des univers poétiques, littéraires et philosophiques variés, de la poésie de Paul Celan, Ingeborg Bachmann ou encore Jean Genet, à la philosophie d’Heidegger, aux traités d’alchimie, aux sciences, à l’ésotérisme, à la pensée hébraïque du Talmud et de la Kabbale.

Dès son entrée dans le Forum du Centre Pompidou, le visiteur se trouve face à une des installations monumentales que l’artiste a réalisées à Barjac (Gard), son lieu de vie et de travail entre 1993 et 2007. À l’intérieur de cette « maison tour », installée dans le vaste espace d’accueil du Centre Pompidou, un univers saturnien attendra le public. On trouvera dans cette installation les matières de prédilection de l’artiste (le plomb, l’eau, le métal), ainsi que des milliers de photographies prises par Anselm Kiefer au cours de sa carrière et qui constituent une banque de données quasi biographique. Comme une mémoire déroulée, ces bandes alimentent la réflexion de l’artiste sur le temps et la mémoire, deux thèmes au cœur de son œuvre.

kieffer

kiefer3

Images copyright the artist

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN