« ENTRE SCULPTURE ET PHOTOGRAPHIE », MUSEE RODIN PARIS

10_Mac_Adams

Entre sculpture et photographie : John Chamberlain, Cy Twombly, Dieter Appelt, Markus Raetz, Mac Adams, Gordon Matta-Clark, Richard Long, Giuseppe Penone / Musée Rodin, Paris / 12 avril-17 juillet 2016.

La photo occupa une place singulière dans le travail du sculpteur Auguste Rodin et c’est cette place et ce dialogue que le musée Rodin continue à explorer. Sur une proposition de Michel Frizot, historien de la photographie, cette exposition est une invitation à découvrir huit artistes de la seconde moitié du XXe siècle ayant pratiqué de front la sculpture et la photo. Pour chacun d’eux, John Chamberlain (1927-2011), Cy Twombly (1928-2011), Dieter Appelt (né en 1935), Markus Raetz (né en 1941), Mac Adams (né en 1943), Gordon Matta-Clark (1943-1978), Richard Long (né en 1945), Giuseppe Penone (né en 1947), sculpture et photographie se trouvent étroitement imbriquées.

Pour le grand sculpteur français Auguste Rodin, la photographie et en particulier les photos de ses œuvres, était un moyen de dépasser ses propres incertitudes. Les jeunes artistes des années 1960 ont bouleversé la notion de sculpture par des interventions dans la nature (land art, art conceptuel), en utilisant systématiquement la photographie pour rendre compte de ces actions «de sculpture» – tel Richard Long qui photographiait les traces laissées dans le paysage par sa marche programmée.

Les huit artistes présentés dans cette exposition appartiennent à cette génération et dans la continuité de cette attitude, ils entretiennent une proximité étroite entre photographie et sculpture, au point de ne pouvoir parfois faire la part de chaque pratique. De Richard Long à Giuseppe Penone, de Dieter Appelt à Cy Twombly, l’exposition explore diverses voies de leur alliance et de leur connexion. Tantôt activités autonomes, tantôt imbriquées dès l’instant de leur production, tantôt en résonnances d’un imaginaire commun, tantôt dans la similitude formelle, les œuvres exposées sont liées par les mêmes paradoxes de la vue et de la perception ou bien par une logique narrative incertaine.

L’exposition démontre ainsi un élargissement considérable des catégories formelles et conceptuelles évoquées par les termes de «sculpture» et «photographie» avec des œuvres surprenantes mais toujours convaincantes, qui travaillent le corps humain, la matière, la lumière, le paysage.

Photo copyright Mc Adams

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN