ANNE-CHARLOTTE FINEL, « ECLAIREUR », GALERIE EDOUARD MANET GENNEVILLIERS

finel-2

« Éclaireur » – exposition d’Anne-Charlotte Finel – Galerie Édouard Manet, Gennevilliers – 12 janvier- 11 mars 2017

Un parcours visuel et sonore

Au centre d’art de Gennevilliers Anne-Charlotte Finel, récemment nommée lauréate du prix du Conseil Départemental des Hauts-de-Seine, propose « Éclaireur », une exposition sous la forme d’une promenade, un parcours ponctué d’une dizaine de vidéos récentes. L’artiste a redéfini l’espace, joué avec des structures pour convier le visiteur à vivre une expérience esthétique visuelle et sonore.

Les paysages aquatiques, la mer, continuent de fasciner l’homme ; un milieu qui attire vers l’infini. Anne-Charlotte Finel en a fait son lieu de prédilection pour ses films. Elle choisi les moments entre deux, entre l’aube et le crépuscule, où le paysage varie. Ses vidéos présentent un grain, un flou et incitent le spectateur à redoubler son attention, à aiguiser son regard. Vidéaste, l’artiste compose ses films, quasi avec un regard de peintre. Certaines de ses vidéos montrent des images presque abstraites, d’autant plus énigmatiques.

Pour son exposition, Anne-Charlotte Finel a recréé une ambiance entre jour et nuit. « Éclaireur », le titre de l’exposition renvoie à une exploration, à une traversée progressive, où il faut chercher la lumière. Le visiteur avance en effet en éclaireur, à tâtons. Une vidéo l’amène à s’arrêter, à prendre le temps de contempler un paysage, puis un autre, qui le transporte ailleurs. Face aux vidéos de différents formats, il est captivé, pris face à des environnements naturels qui le dépasse. Mur, montre d’ailleurs une chute d’eau, un phénomène physique qui suscite une expérience de l’ordre du sublime. Captivé par les mouvements de l’eau, le spectateur peut faire le lien avec ses propres souvenirs de paysage. Une musique électro de Luc Kheradmand réunit les vidéos entre elles et renforce une expérience de l’ordre de la rêverie, un plaisir de se laisser happé par ces paysages troubles.

Ainsi, cette exposition propose de vivre comme un voyage, immergé dans une étrange atmosphère. Le visiteur prend plaisir à se laisser transporter par l’ambiance sonore, à s’arrêter, choisir un point de vue et regarder une, ou plusieurs vidéos ensemble. Dans chacune, la réalité ne se donne pas entièrement, on ne saisit pas l’origine de la prise de vue. Ce qui nous offre l’opportunité de créer des associations, liens entre les films.

Pauline Lisowski

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN