Y.Z. KAMI, « GEOMETRY OF LIGHT », GAGOSIAN PARIS

Y. Z. KAMI – Geometry of light – Gagosian gallery Paris – 16 mars – 5 mai 2018 – Vernissage 15 mars 18h.

[Il s’agit moins d’un trouble] que d’un frisson, un frisson qui évoque le sentiment d’une présence. Une fois, un ami m’a demandé à partir de quel moment je considère une peinture comme achevée. Je lui ai répondu, « Quand l’image commence à respirer. » Y.Z. Kami

Gagosian présente « Geometry of Light », de nouvelles et récentes peintures de Y.Z. Kami. Il s’agit de sa première exposition personnelle à Paris. Les portraits grand format de Y.Z. Kami recréent l’expérience viscérale d’une rencontre en face-à- face. A travers un brouillard mat et uniforme, il représente ses sujets les yeux ouverts ou fermés, regardant au loin ou baissant la tête. Perpétuant la quête historique artistique qui situe l’inconnu au sein de formes matérielles, ses portraits et abstractions constituent de poignantes évocations du sublime.

Dans cette exposition, Kami fait coïncider les questions relatives au portrait avec les motifs et processus de la géométrie, prenant en considération différentes manières de rechercher et de représenter la vérité. Dans une salle, il juxtapose deux peintures de Dome, composées de cercles concentriques en mosaïque, avec la représentation menaçante du masque mortuaire en plâtre de Blaise Pascal, le mathématicien, écrivain et théologien français du XVIIe siècle. Pascal a passé la majeure partie de son existence à questionner la définition de la « vérité », arguant que les principes mathématiques approchaient au plus près possible de la perfection, malgré leur dépendance inévitable à l’approximation. Dans la peinture de Kami, les yeux de Pascal sont clos en permanence, tandis que les lumineux White Domes s’étendent et se contractent, affirmant leurs propres approximations géométriques.

Dans une autre salle, trois peintures de Dome ainsi que deux nouveaux portraits, représentant l’artiste et son partenaire Daniele, sont présentés avec Daya’s Hands II (2015–16), deux mains, paume contre paume en prière. Se représentant en tant qu’adulte pour la première fois, Kami a constaté qu’il avait flouté son propre visage encore plus que celui de ses autres portraits. Observant le spectateur derrière ses lunettes, il incite celui-ci à plisser les yeux à travers cette brume, comme si l’image allait dès lors faire une mise au point. Alors que le portrait de Kami fixe un White Dome installé en face, le portrait de Daniele regarde également droit devant, croisant le sommet paisible des mains en prière. Dans l’ensemble, les centres dilatés des Domes et les regards qui s’entrecroisent créent une triangulation invisible à travers l’espace, une matrice que l’on ressent mais qui est invisible. A l’étage, la dramaturgie continue : une série de Gold Domes, plus petits, vacillent et rayonnent, alors que Black Dome (2017) absorbe le regard dans un centre qui semble être une ouverture—un passage géométrique vers la lumière.

image: Y.Z. Kami, « Masque mortuaire de Pascal », 2017, copyright the artist / Gagosian gallery

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN