ALEX REYNOLDS, « THERE IS A LAW, THERE IS A HAND, THERE IS A SONG », GUGGENHEIM BILBAO


ALEX REYNOLDS. THERE IS A LAW, THERE IS A HAND, THERE IS A SONG – Guggenheim Museum Bilbao – Jusqu’au 13 juin 2021.

L’œuvre de l’artiste et cinéaste Alex Reynolds (Bilbao, 1978) est une exploration incessante de nos comportements relationnels et affectifs, principalement lorsqu’ils se matérialisent à travers le langage cinématographique. L’artiste modifie les structures narratives, les consignes et les rythmes de production. Elle joue avec les conventions de la performance, du récit et aussi avec le rôle que le spectateur y joue, défiant notre perception et allant bien au-delà de l’écran et du monde des images. Elle transforme ainsi les objets et les situations dans l’espace d’exposition, tout en suspendant nos automatismes de compréhension.

Cette exposition présente trois œuvres récentes de Reynolds qui déclencheront immanquablement un triangle d’idées : la norme, la main qui agit et la voix qui chante. Le film Palais, tourné à Bruxelles dans l’imposante architecture du Palais de Justice, est un parcours silencieux à travers les espaces bureaucratiques dédaliques de ce bâtiment du XIXe siècle. Des réactions de curiosité, de malice ainsi qu’une étrange agitation semblent se superposer alors que nous suivons la caméra dans un espace monumental chargé d’une iconographie impériale. Un diapason qui vibre dans l’air de façon à peine perceptible est accroché au mur du vestibule de la salle de projection. Traditionnellement utilisé pour accorder les instruments de musique, cet objet a été fabriqué spécifiquement pour reproduire exactement le timbre de voix d’une personne connue de l’artiste, dont le nom – Justine – donne son titre à l’œuvre.

L’espace principal de la galerie présente le dernier film de Reynolds, réalisé en collaboration avec la chorégraphe suédoise Alma Söderberg. Coproduit par le Musée Guggenheim Bilbao, The Hand that Sings construit un faisceau de gestes, de voix et d’images reliés dans le temps. Ces éléments semblent s’imiter les uns les autres, dans une séquence ouverte : de l’extraction de l’écorce du chêne-liège en Estrémadure lors de la récolte annuelle du liège à l’acte de peler une orange devant un petit feu, ou de laver la main de quelqu’un. Du tremblement des feuilles renvoyant à celui d’une voix, au battement des ailes d’un oiseau au loin ou, encore, à la boucle qui se forme entre le chant de l’interprète et les mouvements de la main. Du haut d’un toit, des mots sont échangés en espagnol et en anglais alors que nous apercevons le Palais de Justice dans le ciel de Bruxelles. La résistance sensorielle face à la fixité et à la hiérarchie, l’intérêt pour la transformation, impliquant tous nos sens dans ce processus, sont des aspects clés de ce nouveau travail. À la fois libre et minutieusement composé, The Hand that Sings propose un jeu lyrique de correspondances dans lequel les corps, le paysage et la caméra interagissent, en parfaite harmonie.

Curateur : Manuel Cirauqui

The work of artist and filmmaker Alex Reynolds (b. 1978, Bilbao) constantly explores our modes of relation and affection as they appear embodied in the cinematic language. Altering narrative structures, commands and rhythms in production, playing with the conventions of acting and storytelling as well as the role of the viewer, the artist defies our perception beyond the perimeter of the screen and the realm of images. Thus she transforms objects and events in the exhibition space as well, suspending the automatisms of meaning.

This exhibition presents three recent works by Reynolds, between which a triangulation of ideas – the norm, the acting hand, the singing voice – circulates ceaselessly. The film Palais, shot in Brussels inside the imposing architecture of the Palace of Justice, presents a silent walkthrough of the labyrinthine administrative facilities of a 19th-century building. Intimations of curiosity, humorous mischief, and uncanny trepidation seem to overlap as we follow the camera through a monumental space marked by imperial iconography. At the other side of the anteroom, a tuning fork is presented and surreptitiously vibrates through the air. Traditionally used for fine-tuning musical instruments, this object has been custom-made to portray the exact voice pitch of a person known to the artist, and after whose name – Justine – the piece is titled.

On view in the main gallery is Reynolds’s most recent film work, made in collaboration with Swedish choreographer Alma Söderberg. Co-produced by the Guggenheim Museum Bilbao, The Hand that Sings builds a web of connecting gestures, voicings, and images in time. These elements mimic each other following an open associative sequence: from the extraction of oak bark in Extremadura during the yearly cork harvest, to the peeling of an orange before a handheld fire or the act of washing someone’s hand; from the tremor of leaves to that of a voice, to a bird’s flapping wings in the distance or, again, the feedback loop between the performer’s chant and hand movements. Words in Spanish and English are traded over a rooftop as we get a glimpse of the Palace of Justice in the Brussels skyline. Sensorial resistance to fixity and hierarchy, focus on transformation with all senses engaged in the process, are key aspects to this new work. Both free-form and minutely composed, The Hand that Sings proposes a lyrical interplay of correspondences where bodies, landscape, and the camera jointly perform, attuned to one another.

Curator: Manuel Cirauqui

Image: Alex Reynolds et Alma Söderberg – La mano que canta – 2021 – Projection vidéo, couleur, sonore (image de production) – Courtesy de l’artiste et de la Galerie Marta Cervera © Alex Reynolds

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives