EVENTO 2011 : Michelangelo Pistoletto directeur artistique

L’artiste italien Michelangelo Pistoletto est le directeur artistique de la manifestation EVENTO à Bordeaux, qui se tient du 6 au 16 octobre. Au programme, une multitude d’actions et de propositions autour de l’art et de l’urbanité, une préfiguration de la « ré-évolution urbaine » chère aux organisateurs. Parmi la multitude de propositions, »Sorties de la Caverne, l’école du rythme », un projet de Claudia Castellucci au Grand Théâtre de Bordeaux, ainsi que l’exposition « Etrange et proche » au CAPC.

Pistoletto a pris le parti d’associer fortement les habitants et les visiteurs à la production d’idées et de projets créatifs au cœur de la ville, illustrant par là même sa conviction que l’art doit être au centre d’une transformation sociale et responsable. Oeuvres originales, expérimentations collectives, performances, concerts, installations, expositions et jeux citoyens investissent l’espace public et les institutions muséales pour des rencontres propices à une réinvention de la ville et du vivre ensemble.

Racines : Le projet Racines consiste en trois expositions, présentées d’octobre 2011 à février 2012, qui illustrent le contexte créatif choisi par la direction artistique pour Evento 2011 afin d’engager sa « ré-évolution urbaine ». Les artistes invités portent ici un regard sur les ferments historiques, artistiques et urbains de la ré-évolution urbaine.

Chantier des savoirs partagés : Au coeur d’Evento 2011, les chantiers constituent un laboratoire de création artistique ouvert et partagé. Ils sont menés par des artistes internationaux invités à travailler en collaboration avec des citoyens volontaires et des spécialistes de diverses disciplines.

Le chantier mobile, projet artistique porté par une unité itinérante et autonome, est un laboratoire d’exploration sociale et urbaine, qui investigue et collecte les pratiques, les discours et les représentations qui entourent le concept de ré-évolution urbaine promu par Evento 2011.

Sorties de la Caverne, l’école du rythme (Du 07/10/2011 au 09/10/2011, Grand-Théâtre de Bordeaux) : Une quinzaine d’élèves danseurs amateurs suivent depuis le 12 septembre les cours de cette école de danse inédite, intense et éphémère créée pour Evento 2011 par Claudia Castellucci, artiste du collectif Societas Raffaello Sanzio. Elle présente ainsi son projet :

Il s’agit d’une première absolue: en effet, c’est la première fois que j’expose une école en tant qu’œuvre d’art.. Cette école éphémère est présentée telle une nouvelle forme d’art, composée du comportement des « élèves », les jeunes qui la fréquentent pendant un mois, et ce depuis le 12 septembre. Cette école est consacrée au rythme, et pourtant on y étudie et on y pratique la façon d’affecter le temps. L’école est un lieu formé par la rencontre périodique des gens, et non pas par ses murs. C’est une relation humaine spéciale qui qualifie une école, une œuvre d’art vivante qui se grave réellement dans le temps de la vie, par la création d’un nouveau calendrier et de nouvelles célébrations urbaines.Il s’agit d’inventer de nouvelles formes dans le temps de la vie collective, pour nous, orphelins de mythes. L’École du Rythme de Bordeaux prend son nom du lieu où se constitue cet ensemble d’Elèves et d’Enseignants, car il sera toujours lié à ces personnes et à ce lieu.

Pendant la dernière période, du 28 Septembre au 6 Octobre, l’école sortira dans des endroits divers de la ville, pour réaliser les Célébrations urbaines, certaines desquelles pourront être ouvertes à la participation des passants. D’autres visent à attribuer de l’attention et de la solennité à tous les moindres gestes quotidiens, ceux qu’on accomplit d’habitude sans leur donner d’importance.

Etrange et proche (jusqu’au 12 février 2012 au CAPC) Les oeuvres de 23 artistes du Van Abbemuseum de Eindhoven mettent en scène les négociations et les tensions qui découlent de la vie en commun dans un même espace. Ces échanges relationnels évoluent avec le processus de globalisation, caractéristique de notre société. Quelles animosités et quelles compétitions émergent de ces nouveaux « voisinages » ? Comment les artistes contemporains réagissent-ils dans ce contexte ? Comment l’organisation sociale accepte-t-elle de s’ajuster à de nouvelles valeurs, d’envisager le monde autrement ?
Le Van Abbemuseum présente des oeuvres provenant des acquisitions récentes de sa collection, associées à l’intervention de plusieurs artistes invités.
Artistes : Absalon, Hüseyin Alptekin, Yael Bartana, Ivan Boccara, Chto Delat ?, Daniza Dakic, Harun Farocki, Joseph Grigely, Michal Heiman, Hannah Hurtzig, Laurent Mareschal, Aydan Murtezaoglu, Dan Peterman, Michelangelo Pistoletto, Marjetica Potrč, Wilhem Sasnal, Thomas Schütte, Nedko Solakov, Erzen Shkololli, Mladen Stilinović, Akram Zaatari, Andrea Zittel, Artur Zmijewski

LIRE AUSSI : PIPPO DELBONO INAUGURE EVENTO.

Commentaires fermés

  • Mots-clefs

  • Archives