ROSEMARIE TROCKEL : A COSMOS / NEW MUSEUM NEW-YORK

Rosemarie Trockel : A Cosmos / Du 10/24/12 au 01/20/13 / New Museum New York.

Organisée par Rosemarie Trockel et Lynne Cooke pour le Museo Centro de Arte Reina Sofía, « Rosemarie Trockel : A Cosmos», englobant les trois étages principaux de la Galerie-Musée présente un monde façonné par les idées de Trockel et de ses affinités. L’exposition évoque un univers imaginaire dans lequel Trockel invite ses propres créations dans un espace qu’elle partage avec des objets et des artefacts, couvrant des époques et des cultures différentes qui correspondent à ses intérêts artistiques.

Depuis le début des années 1970, Rosemarie Trockel a produit un impressionnant corpus qui comprend le dessin, le collage, l’installation, les « peintures » en tricot, des céramiques, des vidéos, des meubles, des vêtements et des livres. Elle rassemble un large éventail d’associations et les références à l’histoire de l’art, la philosophie, la théologie et les sciences naturelles. Pour « Un Cosmos», Trockel place son travail en compagnie d’autres personnes qu’elle considère comme des âmes sœurs. Les installations créée pour le New Museum éclaire les liens intellectuels et formels entre sa pratique et un éventail de personnages historiques, y compris autodidactes comme James et Morton Bartlett, et le botaniste / mathématicien José Celestino Mutis. Les objets dont la dynamique était principalement d’ordre esthétique seront juxtaposés avec des pièces qui plus classiquement appartiennent au domaine de la science. Trockel a dégrossi la céramique vernissée ces dernières années et celle-ci sera affichée avec des oeuvres de verre délicates de créatures marines créées au XIXe siècle par Léopold et Rudolph Blaschka . Une sélection de nouveaux travaux de Trockel peuvent être vues conjointement avec l’aquarelle de l’artiste du XVIIe siècle Maria Sybilla Merian, dont les rendus impeccablement précis de la flore et de la faune se sont révélées inestimables pour l’étude scientifique.

Trockel est bien connue pour son mépris des hiérarchies traditionnelles dans le domaine des arts visuels, ainsi que son appréciation de longue date des supports et matériaux catégorisés en tant qu’artisanat, ou encore des formes d’art vernaculaire. Trockel le démontre tout au long de l’exposition. Elle adopte une approche fluide et radicale du genre, combinant les activités généralement considérées comme féminines en termes de production avec des formes agressives mécaniques et industrielles. Cela est souligné par l’inclusion de sculptures de Judith Scott, oeuvres obsessionnelles enveloppées de plastique aux côtés de celles de Ruth Francken, assemblages métalliques réalisés à partir des années 1970. En outre, les fameux «tableaux tricot » de Rosemarie Trockel seront intégrés dans l’exposition, ainsi que de nouvelles œuvres en céramique.

Rosemarie Trockel est née en 1952 à Schwerte, Allemagne. Elle a étudié à la Kölner Werkschulen à Cologne, en Allemagne. Depuis 1998, elle a été professeur à la Staatliche Kunstakademie de Düsseldorf. Elle vit et travaille à Cologne. Elle a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles dans des lieux dont: Moderna Museet, Stockholm, Dia Center for the Arts, New York, Whitechapel Gallery, Londres; Centre Georges Pompidou, Paris, et la Kunsthalle de Zürich, en Suisse. En 2004, elle a reçu le prix Wolfgang Hahn, résultant du one-woman show «Post-ménopause » monté pour la première fois au Musée Ludwig de Cologne avant de se rendre au Museo Nazionale Delle Arti del XXI Secolo à Rome. Trockel a représenté l’Allemagne à la Biennale de Venise en 1999 et a participé à la Documenta X en 1997.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue de 240 pages, produit par Museo Centro de Arte Reina Sofía et publié par le Monacelli Press, qui comprend des essais de Lynne Cooke, Anne Wagner, et Dore Ashton. Après sa présentation au Musée du Nouveau, l’exposition sera présentée à la Serpentine Gallery, Londres. L’exposition a d’abord été présentée au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía du 23 mai-Septembre 24 mai 2012.

“Rosemarie Trockel: A Cosmos” / jusqu’au 20 janvier 2013 / New Museum, 235 Bowery, at Prince Street, Lower East Side, NYC / (212) 219-1222 / www.newmuseum.org.

 

Visuels : « Rosemarie Trockel: A Cosmos», 2012-13. Vue de l’exposition au New Museum. Photos: Benoit Pailley

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives