BIENNALE DE VENISE : MASSIMILIANO GIONI, PORTRAIT DU DIRECTEUR DE LA 55e EDITION

01_gioni-direttore-biennale[1]

55e BIENNALE DE VENISE. Portrait : MASSIMILIANO GIONI / Biennale de Venise / du 1er juin au 24 novembre 2013, Venezia.

Massimiliano Gioni est le directeur de l’édition 2013 de la Biennale. C’est aussi le plus jeune commissaire à occuper cette fonction prestigieuse dans toute l’histoire de la manifestation internationale. A 39 ans, Gioni va se frotter à la dure réalité de cette prestigieuse exposition, pas toujours facile à gérer, sousmise aux feux acérés de la critique et des médias.

D’autant que la 55e Biennale s’inscrit dans un contexte économique morose et une situation politique pour le moins abracadrantesque. De plus, Gioni aura la tâche immense de réconcilier le public avec la Biennale, après une édition 2011 pour le moins controversée…

C’est également le retour, pour la première fois depuis 2003, d’un commissaire italien aux commandes de La Biennale. Certes, son profil a conquis le président de la Biennale, tout le monde s’accordant sur le grand professionnalisme et le parcours sans faute du jeune directeur.

Massimiliano Gioni est directeur associé du New Museum de New York, et il a organisé de nombreux événements dans sa jeune carrière, dont la cinquième édition de la biennale Manifesta en 2004, la quatrième Biennale de Berlin en 2006, jusqu’à la huitième édition de la Biennale Gwangju en Corée du Sud en 2010. Il est actuellement le directeur artistique de la Fondation Trussardi à Milan où il a intitié en 2012 une exposition de Pipilotti Rist.

Bref, un profil particulièrement adapté à cette lourde responsabilité qu’est la direction d’un événement international de ce gabarit.

Pour cette 55e édition, Gioni a imaginé un parcours singulier, qu’il a intitulé  Il Palazzo Enciclopedico (Le Palais encyclopédique). Cette mostra géante sera aménagée dans le pavillon central des Giardini et à l’Arsenale, formant un seul itinéraire, avec des œuvres couvrant le cours du siècle dernier aux côtés de plus de 150 jeunes artistes internationaux provenant de 37 pays (Cf notre article).

Cette édition 2013 compte 88 participations nationales, qui occuperont les pavillons historiques dans les Giardini, à l’Arsenale et dans toute la ville de Venise, un parcours enthousiasmant mais souvent difficile dans les venelles vénitiennes où l’on se perd facilement, le long des canaux à la recherche de ces pavillons qui parfois n’apparaîssent qu’au dernier moment, au détour d’une ruelle.. Parmi ces 88 pays, 10 d’entre eux participent à La Biennale pour la première fois : L’Angola, les Bahamas, le Royaume de Bahreïn, la Côte-d’Ivoire, la République du Kosovo, le Koweït, les Maldives, le Paraguay, Tuvalu et le Saint-Siège (!)…

En effet, la nouveauté réside dans cette participation du Saint-Siège -opportune, en ces moments d’éclairage médiatique sur la Papauté- après tout Etat à part entière ou presque, avec une exposition qui s’est tenue lors de la vente d’Armi, une zone qui est en cours de restauration par la Biennale et convertie en pavillons permanents. Le Vatican pour l’occasion a invité des artistes d’autres pays (cf notre article), dont on ignore pour l’instant la liste définitive : on imagine que ce sera sans Maurizio Cattelan et son pape foudroyé par une météorite…

Marc Roudier

Le vernissage général de La Biennale aura lieu les 29, 30 et 31 mai. La remise des prix et l’inauguration auront lieu le samedi 1er Juin.

Photo DR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives