SYRIE : THEATRE D’OMBRES ISLAMISTES

salvatore

L’ENVERS DES CARTES : La chronique géopolitique de Salvatore Lombardo

Syrie, théâtre d’ombres islamistes

Dans son incroyable « Jour de la Chouette », l’écrivain sicilien Leonardo Sciascia mettait en lumière les glacis métaphysiques systématiquement placés en contre-jour de la vérité par des autorités politiques et intellectuelles italiennes coupables d’angélisme absurde face à la Mafia des années de plomb.

Aujourd’hui, dans la perspective folle ouverte au cœur des Suds par le Printemps Tunisien, une poignée de combattants de fortune affronterait avec succès la plus puissante armée arabe moderne. Champ clos syrien présenté comme la lutte désespérée d’un peuple face à la tyrannie d’un régime. Manichéisme pusillanime en forme de mensonge d’états proféré au nom de l’Amérique puis de Dieu par des médias peu enclins désormais à rechercher autre chose que le spectaculaire larmoyant ou vibrant. Au point de comparer Homs à Missolonghi et l’imam salafiste Bel Hadj au poète romantique Byron. 1826 et la lutte de la Grèce contre l’Empire Ottoman avec la guerre entre laïcs et islamistes en Syrie…

Tout avait commencé en fait ce 13 octobre 1990 à Baabda au Liban. Abandonné de tous, mais pas de son peuple, le Général Aoun devait céder face aux blindés syriens du dictateur Assad père. Dictateur proclamé allié et ami de l’Occident qui lui offrait le pays des Cèdres en échange d’un soutien à sa guerre contre l’Irak. En quelques semaines et quelques milliers d’exécutions sommaires, la Syrie baassiste socialiste et nationaliste faisait du Liban une colonie confiée à la fameuse famille Hariri. Cette même famille soutenant sans vergogne mais pas sans arrières pensées un certain Jacques Chirac, au point de lui offrir, aujourd’hui encore, logement dans son hôtel particulier parisien du quai Voltaire.

Aoun rêvait de Liban Libre et réclamait une intervention pour chasser la Syrie et Assad par la même occasion. Se proclamant même « opposant syrien » puisque son Liban était annexé de fait par la Syrie. En vain évidemment. En vain hélas …

Et voilà que des années absurdes plus tard, alors que le Liban recouvre sa liberté, à défaut de son intégrité territoriale, la cause syrienne devient un parangon de vertu démocratique. Un modèle absolu à l’usage des européens et, accessoirement, des arabes.

La réalité est en fait très différente. Vraiment très différente.

Outre l’habituelle tactique américaine du rachat des officiers ennemis contre millions de dollars et impunité à vie – voir l’Irak de Saddam, il y a la place nette faite aux milices islamistes surarmées et surentrainées qui seules peuvent tenir en échec une armée aussi puissante que l’armée syrienne. Avec la perspective effrayante de voir la Syrie composite exploser et détruire tout ce qui l’entoure. Du Liban à la Jordanie les conséquences de l’arrivée au pouvoir des milices salafistes seraient hallucinantes. Quelque chose comme un tsunami religieux déclencheur de millions de victimes d’ors et déjà dévolues à l’exil. Chrétiens, laïcs, chiites obligés de fuir sans retour tandis que la France et la Grande Bretagne poursuivraient leur navrante politique démocratique de soutien aux pires ennemis de la démocratie.

S’il est évident que le régime baassiste de Assad fils est loin d’être la panacée, il est tout aussi évident que détruire le fragile équilibre syrien au seul profit des islamistes serait une faute grave. Alors que l’on cesse de nous montrer l’image d’Epinal d’une gentille résistance populaire affrontant à mains nues une méchante armée nationaliste arabe. Et que l’on accepte enfin les jugements de l’histoire. Même s’ils ne sont pas conforme aux intérêts immédiats de l’Amérique et de ses obligés. A commencer par ce mystérieux Qatar qui se paie notre gueule en achetant tout à la fois ce que nous avons de pire – le football, et ce que nous avons de mieux – nos consciences. Demandez aux Egyptiens, aux Libyens, aux Tunisiens, aux Yéménites et surtout aux Afghans ce qu’ils en pensent…

Salvatore Lombardo

Visuel : Le Liban connait déjà les risques . Et il connait aussi les responsables… Photo copyright Salvatore Lombardo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN