VENISE : LE PALAZZO GRASSI DEROULE SES TAPIS A RUDOLF STINGEL

RudolfStingel PG

Rudolf Stingel / Palazzo Grassi, Venezia / Parallèlement à la 55e Biennale de Venise / Du 07/04 au 31/12/2013.

Pour la première fois, le Palazzo Grassi confie la totalité de ses espaces en une carte blanche donnée à Rudolp Stingel. L’exposition investit ainsi l’atrium et les deux étages de Palazzo Grassi, se déployant ainsi sur plus de 5000 mètres carrés. Y seront présentées des œuvres inédites, des créations récentes ainsi qu’une grande installation site-specific. C’est aussi la plus importante exposition monographique consacrée à l’artiste en Europe et sa première exposition personnelle dans un musée en Italie depuis celle du MART en 2001.

Ce projet, conçu spécifiquement pour l’espace architectural de Palazzo Grassi, s’étend le long des salles du palais recouvertes pour la première fois des murs au plancher d’un tapis imprimé de motifs orientaux. Cette installation s’inscrit dans la recherche de Stingel, depuis toujours orientée vers le rapport entre espace d’exposition et intervention artistique : le tapis constitue pour l’artiste l’instrument par lequel la peinture dialogue avec le contexte architectural. Particulièrement intéressé par la redéfinition des enjeux de la peinture et de sa perception, Stingel place le « tapis » au cœur de sa poétique, comme le témoin du passage du temps et des personnes, mais aussi comme source d’inspiration, grâce à sa grande variété de typologies et de trames, pour de nouvelles séries de tableaux.

L’exposition se compose de plus d’une trentaine de tableaux, provenant de collections du monde entier, dont celles de l’artiste et de François Pinault. Le premier étage présente une série de peintures abstraites – dont certaines ont été réalisées dans les ateliers de l’artiste à Merano et New York spécifiquement pour cette exposition – qui témoignent d’une relecture intérieure de la ville de Venise, de son contexte historique, architectural et artistique. Le motif du tapis évoque à la fois le passé de la Sérénissime tout en rappelant l’image du studio viennois de Sigmund Freud, un endroit unique caractérisé par plusieurs tapis orientaux étendus sur le sol, les murs, le divan et la table basse. Le renvoi à la culture Mitteleuropa, si importante dans la formation de Stingel, se manifeste aussi dans un hommage rendu à son ami Franz West, dont est présenté un magnifique portrait.

Le parcours devient ainsi un voyage intérieur, qui part de la luminosité de l’argent des peintures abstraites du premier étage pour continuer dans les tons noirs et blancs des « portraits de sculptures » du deuxième étage. Le propos de l’exposition est d’explorer la relation entre abstraction et figuration, déterminante dans la démarche de Stingel, et le dialogue fluide entre ces deux polarités, en invitant le spectateur à réfléchir sur l’idée de « portrait » et sur le concept de « réappropriation » des images. Le dernier étage présente, en effet, une sélection de peintures représentant des sculptures religieuses anciennes, réalisées selon une pratique « photo-réaliste » à partir de photographies ou d’illustrations en noir et blanc.

Cette exposition se tient parallèlement à la 55e Biennale Venise, qui ouvre le 1er juin 2013.

Photo : courtesy Palazzo Grassi – Fondation Pinault / Copyright Rudolf Stingel / Palazzo Grassi 2013

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives