PETER BROOK ET SA FLÛTE ENCHANTEE CET ETE AUX BOUFFES DU NORD

media_335_2845[1]

UNE FLÛTE ENCHANTÉE d’après Wolfgang Amadeus Mozart / librement adapté par Peter Brook, Franck Krawczyk et Marie-Hélène Estienne / THÉÂTRE DES BOUFFES DU NORD / Du 28 juin  au 31 juillet 2013.

Les Bouffes du Nord présentent du 28 juin au 31 juillet prochains « Une Flûte enchantée », librement reprise par Peter Brook.

« Les Noces de Figaro, Don Giovanni et même La Flûte Enchantée ont une chose en commun. Ils échappent à toute tentative de catégorisation. Aucune de ces œuvres n’est uniquement ni “drôle” ni “sérieuse”, ni “légère” ni “solennelle”… ». C’est en ces termes qu’en 1998, lors de la création de son Don Giovanni à Aix-en-Provence, Peter Brook formulait sa conception des opéras de Mozart.

Véritables kaléidoscopes d’émotions, ces ouvrages se rapprochent selon lui du théâtre de Shakespeare ou, plus encore, de Tchekhov et de son art du contre-pied et de la rupture. Pour mettre en scène La Flûte enchantée dans le cadre, intime et envoûtant, de son Théâtre des Bouffes du Nord, il en a confié la transcription musicale au compositeur Franck Krawczyk : familier des collaborations transdisciplinaires, qu’il s’agisse de théâtre (avec Julie Brochen), de danse (avec Emio Greco et Pieter C. Scholten) ou d’installations plastiques (avec Christian Boltanski et Jean Kalman), celui-ci a conçu une partition originale adaptée de la partition originale de Mozart. Avec Marie-Hélène Estienne,

Peter Brook a lui- même « librement » adapté le livret d’Emanuel Schikaneder : comme il l’avait fait avec sa Tragédie de Carmen (1981) et ses Impressions de Pelléas, c’est en effet avant tout sous l’angle du souvenir poétique et de la relecture qu’il envisage cet opéra dont l’apparente économie de moyens n’a d’autre but que de permettre aux chanteurs-comédiens de délivrer, dans leurs plus infimes nuances, toutes les vibrations du langage mozartien. David Sanson, extrait du programme du Festival d’Automne à Paris (2010)

Mozart, prêt à nous jouer des tours, nous accueille avec un sourire malicieux, cherchant à nous sortir de notre torpeur. Nous allons vers lui bras grand ouverts, avec cette impudence qui cache en fait un profond amour et respect pour le monde qu’il nous ouvre.

Cette Flûte sera loin d’être celle qu’on peut attendre. La panoplie habituelle d’effets scéniques, le symbolisme ne feront pas partie du voyage. A leur place le public pourra trouver un Mozart éternellement jeune, entouré de jeunes chanteurs talentueux, prêts à improviser, transposer, explorer de nouvelles couleurs, de nouvelles formes. Une Flûte légère et effervescente, où la proximité du jeu permettra au spectateur d’entrer dans la magie et la tendresse de l’œuvre. Cette Flûte verra le jour aux Bouffes du Nord, y rejoignant, dans sa démarche, ses sœurs Carmen et Les Impressions de Pélléas. » Peter Brook, Franck Krawczyk et Marie-Hélène Estienne

Création le 9 novembre 2012 au Théâtre des Bouffes du Nord dans le cadre du Festival d’Automne à Paris
dialogues en français, chant en allemand surtitrés en français / Production déléguée : C.I.C.T / Théâtre des Bouffes du Nord, Paris avec le soutien du Centre International de Recherche Théâtrale coproduction : Festival d’Automne à Paris ; Atiki Cultural Society , Athènes , Musikfest Bremen ; Théâtre de Caen , MC2 , Grenoble , Barbican, Londres ; Les Théâtres de la Ville de Luxembourg ; Piccolo Teatro di Milano – Teatro d’Europa ; Lincoln Center Festival, New York.

FLUTE-2-photo-Pascal-Victor[1]

Photos Pascal Victor

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives