HAMLET EN PALESTINE : AVEC CE FILM, OSTERMEIER MUE EN DOCUMENTARISTE ENGAGE

oster

FESTIVAL D’AVIGNON 2013 : HAMLET EN PALESTINE, un film de THOMAS OSTERMEIER ET NICOLAS KLOTZ / Opéra-Théâtre le 14 juillet 2013.

Etonnant Thomas Ostermeier, qui avec ce film d’une force visuelle et poétique certaine, célèbre la mémoire d’un de ses amis, le metteur en scène Juliano Mer Khamis, sauvagement assassiné en 2011 à deux pas du théâtre qu’il dirigeait à Jenine, le Feedom Theatre.

Invité par le Al-Kasaba Theatre à venir monter Hamlet en Palestine en septembre 2012, Thomas Ostermeier décide d’embarquer dans ses bagages le cinéaste Nicolas Klotz. Ensemble, ils documentent le travail du metteur en scène avec les acteurs palestiniens autour de la tragédie de Shakespeare, dont quelques extraits ponctuent le film, moments passionnants de la création où s’exprime tout le talent de Thomas Ostermeier à diriger ses comédiens, se faisant tour à tour pédagogue, philosophe ou simplement directeur d’acteur avec la très belle rigueur et la maîtrise qu’on lui connaît.

Mais le télescopage de Hamlet avec la tragédie palestinienne prend tout son sens lorsqu’Ostermeier décide de s’emparer de son film comme d’une arme, pour le mettre au service d’une enquête minutieuse sur l’assassinat, remontant le fil de l’événement dans une suite de rencontres avec les témoins d’alors, les amis, les artistes endeuillés…

Ainsi le film d’Ostermeier est-il un hommage à la mémoire de Juliano, artiste hors-pair et directeur de théâtre têtu, pour lequel son art était un moyen extraordinaire de dépasser la tragédie palestinienne. Une situation qui conduit des mômes de 17 ans au désespoir absolu, à un terrorisme suicidaire, qui n’est que l’expression de l’humiliation et de la souffrance éprouvées par tout un peuple devant l’occupant.

Mais si Juliano Mer Khamis était un militant acharné de la cause artistique, un amoureux inconditionnel de son pays d’accueil, lui né de mère juive et de père arabe à Tel Aviv, il n’était pas naïf au point de penser que son action au sein du Freedom Theatre, au coeur du camp de réfugiés de Jenine, pouvait bouleverser la donne radicalement. Et il se savait exposé, clairement, comme l’atteste cette vidéo parue sur Youtube dans laquelle il anticipe sa mort, criblé de balles dans la rue palestinienne.

Le beau film d’Ostermeier remonte donc le fil de cette tragédie, au cours d’une enquête sensible et poétique, de laquelle toute la crudité de la réalité du conflit palestinien émerge en pleine lumière. Jusqu’au déni gêné d’un journaliste d’un grand quotidien israëlien, niant sous d’hypocrites arguments indignes de sa profession, la dimension politique de l’assassinat.

Un beau travail mémoriel, très engagé, comme toujours avec Ostermeier, que le Festival qui l’a coproduit a reçu en avant-première, prouvant s’il en était que l’art est aussi un outil formidable de pensée et d’action, au bénéfice de tous.

Marc Roudier

Comments
One Response to “HAMLET EN PALESTINE : AVEC CE FILM, OSTERMEIER MUE EN DOCUMENTARISTE ENGAGE”
  1. En écho à cet article, le projet de la compagnie Rodéo d’âme, aussi une pièce de théâtre en Palestine, aussi au sujet de Juliano…

    http://www.rodeodame.fr/traversee/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives