BLEU ! : CREATION DE LA COMPAGNIE TPO A MARSEILLE PUIS A PRATO

bleu -® Ilaria Costanzo 1

Cie TPO, Bleu ! / Théâtre Joliette-Minoterie à Marseile du 2 au 9 novembre / Prato (Italie) du 25 novembre au 17 décembre 2013.

La compagnie TPO, originaire de Prato en Italie, concocte des créations théâtrales et immersives où se retrouvent pêle-mêle des sons, des couleurs, des corps. Leur maîtrise des technologies interactives invite le spectateur à se retrouver protagoniste de ce qu’il voit, pour des expérimentations entre art et jeu.

Pour cette création à destination du jeune public, la compagnie nous propose une variation autour du bleu. Le bleu, comme la métaphore de la mer et de la nuit. Territoires insoupçonnés et à découvrir. Images du voyage, du mystère, de l’infini, de la poésie et de l’exploration. Le bleu, un motif idéal pour composer un conte pour enfants qui sourit aussi à l’imagination des adultes…

Deux personnages s’animent dans ce conte. Un marin tout d’abord : un guide, une boussole. Il invite les enfants présents dans le public à entrer dans la danse. Il réalise de façon concrète le dialogue entre le royaume de la fantaisie et le lieu de la représentation où se tiennent les spectateurs. Une figure féminine ensuite : une fée, une sorcière, ou bien une déesse. Elle fait naître les étoiles et anime les marées. Elle est le rêve et le danger, l’excitation et le jeu.

Entre ces deux protagonistes : la danse. Cette dernière créé des connexions corporelles évidentes. Elle est simple et s’aide d’accessoires pour figurer une pensée-poème. Cette danse est reliée à une figuration numérique par un système de captation sensorielle qui fait se correspondre les mouvements du corps avec des images projetées au sol ou sur des voiles concentriques suspendus au-dessus de la scène.

Cette scène est une aire de jeu où les enfants, choisi par le marin pour des séquences d’une dizaine de minutes, viennent chasser des étoiles et des poissons, ou bien tenter de dessiner sur le sable avant que la marée ne vienne tout effacer. Les séquences de jeu s’enchaînent et affleure la sensation d’assister à un exercice réussi de divertissement pour enfant. Ces derniers s’amusent. D’abord timides, ils se pressent vite au portillon afin de venir participer aux amusements qu’on leurs a concoctés.

Les parents rient et s’émerveillent de voir leurs petits s’émerveiller. Mais les tableaux se ressemblent, usant de la même énergie mutine. L’histoire patine, le rêve tourne un peu court. Le récit ne prend jamais l’allure du mythe ou même de la fable car l’exploitation de la technologie immersive ainsi que la participation des enfants ne suffisent pas à créer une histoire qui acquiert une dimension universelle.

Les œuvres pour enfants les plus réussies sont vraisemblablement celles qui, en plus de captiver leur public cible, emmènent les adultes dans un voyage initiatique auxquels ils ne sont pas habitués. Donner aux histoires une candeur et une simplicité toute enfantine n’est pas chose aisée. Bleu ! réunit de nombreux éléments féériques propres à éveiller un émerveillement simple. Cependant, ce spectacle manque assurément d’une dramaturgie qui nous fasse penser qu’il n’est pas juste « un spectacle jeune public », mais d’abord un spectacle pour tous.

Quentin GUISGAND

http://www.tpo.it

Bleu ! était présenté au Théâtre Joliette-Minoterie du 2 au 9 novembre avant de s’installer à Prato (Italie) du 25 novembre au 17 décembre 2013.

bleu -® Ilaria Costanzo 3

Photos copyright Ilaria Costanzo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives